Liens d'accessibilité

Le Premier ministre libyen Thinni menace de démissionner


Abdullah al-Thinni (Reuters)

Abdullah al-Thinni (Reuters)

Mais il a été ensuite démenti par son propre porte-parole, qui a expliqué qu'Abdallah al Thinni démissionnerait si le peuple le demandait.

TRIPOLI, 12 août (Reuters) - Le Premier ministre libyen Abdallah al Thinni a annoncé sa démission dans une émission télévisée diffusée mardi soir, après s'être agacé de questions de téléspectateurs critiquant l'inefficacité de son gouvernement. Mais il a été ensuite démenti par son propre porte-parole, qui a expliqué qu'Abdallah al Thinni démissionnerait si le peuple le demandait.

"Je démissionne officiellement et soumettrai ma démission dimanche à la Chambre des représentants", a déclaré le chef du gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale et installé dans l'est du pays. Abdallah al Thinni s'exprimait sur "Libya Channel", une chaîne de télévision privée

. Le gouvernement Thinni est exilé à Baïda depuis la prise de contrôle de Tripoli l'été dernier par des milices qui ont mis en place une administration rivale non reconnue internationalement. Ses ministres, installés dans les hôtels de la ville, n'ont guère réussi à changer la vie quotidienne pour les habitants, qui se plaignent des pénuries de carburant ou de médicaments dans les hôpitaux et de l'insécurité croissante.

Pendant son interview, Abdallah al Thinni, confronté à une série de questions de téléspectateurs critiquant son action, a répondu: "Les gens n'ont pas besoin de protester contre moi car je démissionne officiellement de mon poste." "Ils n'ont qu'à prendre un nouveau Premier ministre magicien pour résoudre tous leurs problèmes", a-t-il ajouté.

Mais son porte-parole, Hatem al-Arabi, a souligné que le Premier ministre n'avait pas officiellement démissionné. "Il a dit dans l'émission qu'il démissionnerait si la rue le réclamait. Une démission doit être remise par écrit à la Chambre des représentants qui peut l'accepter ou la rejeter", a-t-il dit.

Abdallah al Thinni a déjà annoncé sa démission, un mois après son accession à la tête du gouvernement en mars 2014. Il s'était alors plaint d'attaques contre sa famille, mais il avait ensuite changé d'avis et conservé son poste.

La Libye, l'est du pays en particulier, est plongée dans une situation chaotique en raison des combats entre les forces fidèles au gouvernement Thinni et les milices islamistes qui ont considérablement réduit les importations de céréales et de carburant et qui perturbent la fourniture d'électricité. A cela s'ajoute une crise des finances publiques avec la perte d'une grande partie des recettes pétrolières.

Membre de l'Opep, la Libye ne produit plus qu'un quart de ce qu'elle produisait comme pétrole avant la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Dans ce contexte, les décisions du gouvernement d'Abdallah al Thinni paraissent totalement déconnectées de la réalité aux yeux de nombreux Libyens. Lundi, le cabinet libyen a ainsi annoncé que l'aéroport international de Tripoli serait rebaptisé du nom du défunt roi Idris, renversé par Kadhafi en 1969. L'aéroport est fermé en raison des combats de l'an dernier et n'est pas sous le contrôle des forces loyalistes. "Ce gouvernement est un échec", a déclaré l'avocat de Benghazi Amal Bayou sur son compte Facebook en réaction à l'annonce de la démission de Thinni, qualifiant le Premier ministre d'incompétent.

XS
SM
MD
LG