Liens d'accessibilité

Le Premier ministre indien en Afrique pour gagner du terrain face à la Chine


Narendra Modi, le 17 juin 2016 (AP Photo/Bernat Armangue)

Narendra Modi, le 17 juin 2016 (AP Photo/Bernat Armangue)

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, entame jeudi une tournée de quatre pays africains pour renforcer l'influence économique de son pays face au grand rival chinois déjà bien implanté.

L'Inde veut améliorer ses liens avec les pays africains avec la volonté d'accéder en particulier à leurs importantes ressources naturelles. L'an dernier, Modi avait accueilli à New Delhi un aréopage de chefs d'Etat africains pour afficher ses ambitions de partenariat.

Pour NianKoro Yé Samaké, ambassadeur du Mali Inde, cette visite est la bienvenue. Selon lui « il est temps que les actions de l’Inde atteignent le niveau de leurs ambitions ». Quant aux atouts de l’Inde sur d’autres puissances ou pays qui interviennent en Afrique, l’ambassadeur Yé Samaké estime que l’Afrique et l’Inde ont beaucoup de choses en commun pour avoir été colonisées et de souligner toutefois que ce ne sont pas des relations exclusives. Pour le représentant malien à New Delhi, « ce n’est pas parce que l’Afrique a des relations avec la Chine, les Etats Unis ou la France qu’elle ne peut pas développer un partenariat avec un pays émergeant comme l’Inde ».

Le Premier ministre se rendra d'abord au Mozambique, première visite d'un chef de gouvernement indien en 34 ans dans ce pays, avant d'aller en Afrique du Sud, en Tanzanie et au Kenya.

"Cette visite marque un effort diplomatique sans précédent envers le continent africain et souligne l'importance pour l'Inde de mettre en place une relation diplomatique à plusieurs niveaux avec un continent en plein essor", explique à l'AFP Manish Chand, analyste politique.

"Cette visite n'est pas qu'un affichage. Elle est soutenue par un programme substantiel englobant tous les centres d'intérêt, aussi bien économiques que stratégiques", ajoute Manish Chand, éditeur du magazine Africa Quarterly.

La présence indienne en Afrique est largement supplantée par celle de la Chine, dont les échanges avec le continent ont atteint 200 milliards de dollars l'an dernier, soit plus que le PIB combiné des 30 plus petits pays africains.

Mais l'Inde gagne du terrain, grâce au secteur de l'énergie, et sous la poussée d'entrepreneurs privés.

L'Inde est désormais le sixième partenaire de l'Afrique du Sud, avec des échanges combinés de 5,3 milliards de dollars pour 2015/16.

L'Afrique du Sud pousse également en faveur d'une réforme du Conseil de sécurité de l'ONU, ce qui en fait un allié naturel de l'Inde qui plaide de longue date pour obtenir un siège permanent.

Inde et Afrique rassemblent ensemble un tiers de la population mondiale mais n'ont aucun siège permanent au Conseil.

"L'Afrique du Sud est considérée comme un représentant du continent", dit Chand. "Elle fait partie du groupe des BRICS et pèse sur la scène mondiale".

Quelque 1,3 million de personnes d'origine indienne vivent en Afrique, une diaspora ayant un rôle crucial dans le projet de Modi de pousser les pions de l'Inde sur le continent.

Le Premier ministre s'adressera à quelques milliers d'entre elles vendredi dans un stade de Johannesburg, comme il l'a déjà fait à Londres ou New York.

Le ministère indien des Affaires étrangères a minimisé la rivalité avec la Chine sur le continent.

"L'Afrique est un continent immense. Elle a un besoin énorme de soutien au développement et de construction d'infrastructures. Tout le monde peut y trouver sa place", a dit Amar Sinha, haut responsable chargé des relations économiques au ministère indien des Affaires étrangères.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG