Liens d'accessibilité

Le point sur la fusillade de San Bernardino


Un policier ramasse une arme près du véhicule à bord duquel était le couple des auteurs présumés de la fusillade de San Bernardino qui ont été abattus, en Californie, 3 décembre 2015.

Un policier ramasse une arme près du véhicule à bord duquel était le couple des auteurs présumés de la fusillade de San Bernardino qui ont été abattus, en Californie, 3 décembre 2015.

Les mobiles du couple auteur présumé de la fusillade qui a fait 14 morts et 21 blessés à San Bernardino, en Californie, ne sont toujours pas connus et les enquêteurs cherchent à savoir s'il convient de qualifier l'acte de "terrorisme".

Voici ce que l'on sait de cette fusillade, la pire aux Etats-Unis depuis trois ans :

Quatorze personnes ont été tuées et 21 blessées.

Les assaillants ont ouvert le feu dans une salle de conférence d'un centre de soins pour handicapés de San Bernardino, louée à l'occasion d'un repas de fin d'année pour des personnels de santé du comté de San Bernardino.

- Un couple, un bébé -

Cette fusillade diffère d'autres drames similaires par le fait qu'elle a été perpétrée par un couple marié. Dans la majorité des cas, les fusillades meurtrières sont l'œuvre d'un homme solitaire.

Il s'agit de Syed Farook, un Américain de 28 ans, employé du service de santé de la ville et fervent musulman, selon son père. Il était accompagné de sa femme de 27 ans, Tashfeen Malik.

Les deux sont morts, les armes à la main, lors d'une fusillade avec la police.

Ils étaient les parents d'un bébé de six mois qu'ils avaient confié à la mère de Syed Farook en début de journée au prétexte d'un rendez-vous médical, selon un beau-frère de Farook.

- Pakistan -

Syed Farook a récemment effectué plusieurs voyages et est rentré aux Etats-Unis en juillet 2014 sans que les autorités ne soient en mesure de communiquer l'ensemble des pays visités, selon le FBI. On sait simplement qu'il est passé par le Pakistan.

Sa femme possédait un passeport pakistanais et est arrivé avec lui aux Etats-Unis avec un visa K-1 réservé aux étrangers fiancés à un ressortissant américain, ce qui permet de s'y marier sous 90 jours.

- Arsenal de guerre -

Les tueurs étaient vêtus de tenues paramilitaires, armés de fusils d'assaut et d'armes de poing.

Douze engins explosifs artisanaux ont été retrouvés au domicile du couple.

Trois autres engins reliés entre eux et actionnables à distance ont aussi été retrouvés dans le bâtiment visé. Mais ces engins n'ont finalement pas explosé.

Les armes à feu utilisées ont été achetées légalement.

Sur eux et dans leur véhicule, il leur restait plus de 1.400 cartouches de calibre 5.56 OTAN et 200 cartouches de 9mm.

- Tirs avec la police -

Les coups de feu échangés entre les forces de l'ordre et les deux tireurs ont été particulièrement nourris.

Les policiers ont tiré près de 380 balles. Deux d'entre eux ont été blessés.

- Dispute ou terrorisme ? -

Les mobiles du couple ne sont toujours pas connus et les enquêteurs cherchent à savoir s'il convient de qualifier l'acte de "terrorisme".

Il est "trop tôt" pour spéculer sur ses motivations, selon le FBI.

"Ce serait irresponsable de ma part d'appeler cela du terrorisme", a expliqué l'agent David Bowdich, ce terme étant défini "très précisément" par la police fédérale.

"Il s'agit au minimum d'une attaque de l'ordre du terrorisme intérieur", a pour sa part estimé la police locale.

Syed Farook a quitté la fête des employés de l'agence pour laquelle il travaillait, après une altercation. Il y est revenu plus tard avec sa femme et a ouvert le feu.

"Personne ne s'énerve à une fête (de bureau) et intervient avec quelque chose d'aussi élaboré", a jugé la police.

- Services fermés -

Le comté de San Bernardino a décidé à l'issue d'une réunion extraordinaire de fermer les services "non essentiels" du comté jeudi et vendredi, par précaution, a annoncé le shérif McMahon.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG