Liens d'accessibilité

Le peuple syrien se sent abandonné, selon l'Onu


Destructions suite aux combats en Syrie (AFP)

Destructions suite aux combats en Syrie (AFP)

La situation est "très préoccupante" pour 4,8 millions de personnes vivant dans des zones difficiles d'accès, lit-on dans le 13e rapport mensuel de Ban Ki-moon au Conseil de sécurité de l'Onu.

NATIONS UNIES (Reuters) - Le peuple syrien se sent "de plus en plus abandonné du monde" qui a les yeux rivés sur le groupe Etat islamique, estime le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un rapport publié lundi.

Si l'aide humanitaire parvient à plusieurs millions de personnes, la situation est "très préoccupante" pour 4,8 millions de personnes vivant dans des zones difficiles d'accès, notamment pour les 212.000 personnes qui se trouvent dans les zones assiégées, lit-on dans le 13e rapport mensuel de Ban Ki-moon au Conseil de sécurité de l'Onu.

Hôpitaux et écoles sont attaqués et le financement de l'aide internationale ne suit pas l'augmentation des besoins.

Les Nations unies chiffrent à 8,4 milliards de dollars (7,7 milliards d'euros) la somme nécessaire pour couvrir les besoins humanitaires de la Syrie en 2015. En 2014, l'Onu n'a obtenu que la moitié des sommes demandées. Une conférence des donateurs doit se tenir au Koweït le 31 mars. Elle sera cruciale, dit Ban Ki-moon.

"Tandis que l'attention du monde est concentrée sur la menace pour la paix et la sécurité régionale et internationale posée par des groupes terroristes comme l'EEIL (l'Etat islamique-NDLR) et le Front al Nosra (Al Qaïda), nous devons continuer à nous demander comment nous pouvons aider au mieux le peuple syrien", écrit Ban Ki-moon dans son rapport.

Pour les trois mois à fin février, la distribution de radions alimentaires à partir de la Turquie et de la Jordanie a atteint quatre fois plus de personnes - 771.000 - que lors des trois mois précédents.

Toutefois, ajoute Ban Ki-moon, l'accès à l'aide médicale "continue à être restreint par l'insécurité et les contraintes imposées aux opérations humanitaires par les parties au conflit." De nombreuses demandes de livraison restent sans réponse de la part du gouvernement syrien. Des fournitures chirurgicales sont ôtées des convois par les forces de sécurité.

L'acheminement de l'aide devient de plus en plus difficile en raison de "la violence et de l'insécurité, des lignes de conflit mouvantes, de l'ingérence délibérée des parties au conflit (...) et des procédures administratives qui limitent la livraison effective de l'aide", estime Ban Ki-moon.

Selon les chiffres contenus dans le rapport, plus de 220.000 personnes ont été tuées en Syrie en quatre ans de guerre civile, quatre millions de Syriens ont fui le pays et 7,6 millions ont été déplacés.

XS
SM
MD
LG