Liens d'accessibilité

Le patron de la CIA à Séoul pour une "réunion interne", affirme l'ambassade américaine

  • VOA Afrique

Mike Pompeo, directeur de la CIA.

Le directeur de la CIA Mike Pompeo est en Corée du Sud lundi pour une "réunion interne" et ne rencontre pas de dirigeants sud-coréens, a affirmé l'ambassade des Etats-Unis, dans un contexte très tendu sur la péninsule.

Le Chosun Ilbo, premier quotidien sud-coréen, rapportait auparavant que M. Pompeo, nommé en février à la tête du service d'espionnage américain, était arrivé dans le week-end à Séoul et avait participé à des réunions à huis clos avec le chef du renseignement sud-coréens et des représentants de la présidence.

Citant plusieurs sources proches du renseignement, le journal affirme que le patron de la CIA a briefé ses homologues au sujet de la politique nord-coréenne de l'administration Trump et évalué la situation interne de l'administration nord-coréenne.

Le Chosun Ilbo rapporte en outre que M. Pompeo s'est entretenu des perspectives de la relation américano-coréenne dans la foulée de l'élection présidentielle sud-coréenne du 9 mai.

Un responsable de l'ambassade des Etats-Unis a confirmé que le directeur de la CIA était en Corée du Sud, a mais soutenu que son programme était très limité.

"Le directeur de la CIA et son épouse sont à Séoul pour une réunion interne avec les forces américaines en Corée et des responsables de l'ambassade", a-t-il dit.

"Il ne rencontre aucun responsable de la Maison bleue et aucun candidat", a-t-il ajouté, sans donner de précision sur le programme de M. Pompeo. La Maison bleue est le siège de la présidence sud-coréenne.

Cette visite intervient sur fond de tensions liées aux programmes nucléaire et balistique de Pyongyang, au moment où la Corée du Nord, qui a de nouveau tiré un missile samedi, pourrait être en train de préparer un sixième essai nucléaire.

Ces tensions ont également été alimentées par les mises en garde répétées de Donald Trump, qui s'est dit prêt à "régler" seul le problème nord-coréen si la Chine ne mettait pas au pas son turbulent voisin.

Le président américain a également suscité la consternation à Séoul en estimant que la Corée du Sud devait payer pour le bouclier antimissile américain en cours d'installation.

Le déploiement du THAAD a soulevé une forte opposition d'une partie de l'opinion sud-coréenne et suscité la colère de la Chine qui voit le dispositif comme une atteinte à sa propre souveraineté.

"Il y a des questions bien plus importantes que l'argent", affirme lundi dans un éditorial le Chosun Ilbo, qui accuse M. Trump de "saper la confiance" avec ses demandes financières.

"Les Etats-Unis doivent être conscients de la douleur et des retours de flamme suscités en Corée du Sud par le THAAD", affirme de son côté le JoongAng Ilbo en déplorant les "messages déroutants et contradictoires" de M. Trump.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG