Liens d'accessibilité

Le partenariat transpacifique, priorité de la tournée d’Obama en Asie


L'itinéraire du président Barack Obama en Asie

L'itinéraire du président Barack Obama en Asie

Dès son arrivée à Tokyo, première étape de sa tournée de 4 pays d’Asie - Japon, Corée du Sud, Malaisie et Philippines - le président Barack Obama devrait évoquer le partenariat transpacifique (PTP). Cette vaste zone de libre-échange devrait, à terme, réunir douze pays des deux rives du Pacifique. Finalisée, elle représenterait 40 % du produit intérieur brut (PIB) et 26 % du commerce mondial, mais sans inclure la Chine.
Le PTP couvre tous les domaines, des services aux matières premières, sans oublier les droits de la propriété intellectuelle.

Selon la secrétaire au Commerce, Penny Pritzker, cet accord commercial reste l’une des priorités de l'administration Obama. « Ouvrir les marchés de la région Asie-Pacifique aux exportations et investissements des États-Unis aidera à promouvoir la croissance et l'emploi ici aux Etats-Unis, à bien des égards », dit-elle. Penny Pritzker, secrétaire au Commerce des Etats-Unis

Penny Pritzker, secrétaire au Commerce des Etats-Unis



Néanmoins, les négociations du PTP durent depuis presque une décennie, et elles se sont avérées si compliquées que certains pays sont en train de négocier des accords bilatéraux, dans l’espoir de les voir aboutir plus rapidement. Ce mois-ci, l'Australie a accepté d’alléger les droits de douane frappant les produits électroniques japonais, tandis que Tokyo rendait la pareille concernant les viandes de porc et de bœuf australiennes.

Les États-Unis et le Japon ont entamé de leur côté des discussions qualifiées de « contentieuses » par leurs propres négotiateurs. « Nos équipes s'attendaient à ce que les négociations soient difficiles et n’ont pas été déçues », a dit le représentant au Commerce des États-Unis, Michael Froman. « Nous comprenons les défis ».

Un pacte commercial global pourrait impliquer beaucoup plus que les droits de douane sur les marchandises importées. Il pourrait couvrir la réglementation bancaire, la fabrication de médicaments, et les règles de sécurité alimentaire, entre autre.

La complexité d’un tel accord explique les retards pris, souligne Lori Wallach de Public Citizen’s Global Trade Watch. « Dans chaque pays, ces questions sont controversées » rappelle-t-elle.

Des interrogations persistent quant au grand exclu du PTP : la Chine. Mais même en l’absence du géant asiatique, les douze pays riverains du Pacifique ont beaucoup de mal à forger un accord sur les moyens d'élargir collectivement leurs économies.
XS
SM
MD
LG