Liens d'accessibilité

Jean-Paul II proclamé « bienheureux » à Rome


Place Saint-Pierre de Rome

Place Saint-Pierre de Rome

L'ancien pape a été proclamé bienheureux par son successeur Benoît XVI, sous les vivats de la foule réunie place Saint-Pierre au Vatican pour une cérémonie de béatification qui a rassemblé plus d'un million de personnes.

« Nous, accueillant le désir de nombreux fidèles, acceptons que le vénérable serviteur de Dieu, Jean-Paul II, pape, puisse être déclaré bienheureux ». A ces mots du pape, prononcés en latin, une immense clameur s'est élevée et une immense photo de Karol Wojtyla a été dévoilée devant la foule de fidèles parfois en larmes.

Benoît XVI, portant une mitre et une chasuble ayant appartenu au pape défunt, a fixé au 22 octobre la date pour la « vénération » du « bienheureux » au nom duquel un autre miracle devra être accompli pour qu'il puisse accéder à la sainteté.

Dans son homélie, Benoît XVI a rendu hommage à la « force de géant » de son prédécesseur qui sut « redonner l'espoir au christianisme » face au marxisme et « inverser une tendance qui semblait irréversible ».

Puis deux religieuses, la Polonaise Tobiana Sobodka vêtue de noir, qui avait assisté le pape, et la sœur française toute en blanc Marie Simon-Pierre, la miraculée à l'origine de sa béatification, ont présenté à la foule des fidèles un reliquaire contenant une ampoule de son sang.

A l'issue de la cérémonie, les fidèles devaient défiler devant le cercueil couvert d'un drap bordé d'or, porté des Grottes vaticanes devant l'autel principal, une procession qui pourrait s'étirer jusqu'à la nuit.

Le processus de béatification du très charismatique pape polonais a été mené en un délai record de cinq ans et sept mois.

87 délégations étrangères, dont 23 chefs d'Etat et de gouvernement, parmi lesquels le président zimbabwéen Robert Mugabe, banni de l'Union européenne, et des représentants de cinq familles royales avaient fait le voyage. La présence du Premier ministre français François Fillon et du président de la Commission européenne José Manuel Barroso à cette cérémonie religieuse a été critiquée par les défenseurs de la laïcité.

XS
SM
MD
LG