Liens d'accessibilité

Le PAM et le HCR manquent de financements pour les réfugiés africains


Des réfugiés centrafricains (Photo AFP)

Des réfugiés centrafricains (Photo AFP)

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a réduit son aide alimentaire à près de 800.000 réfugiés en Afrique, faute de financements. Il dit devoir lever 186 millions de dollars pour maintenir ses programmes alimentaires à destination de ces réfugiés jusqu'à la fin de l'année. Par ailleurs, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) recherche 39 millions de dollars pour fournir un soutien nutritionnel aux réfugiés malnutris et vulnérables en Afrique pour le reste de 2014.

Les rations seront réduites à hauteur de 10 à 60 %. « C’est surtout à cause des difficultés financières » fait valoir un porte-parole du PAM, Peter Smerdon. « Nous n’avons pas l’argent nécessaire pour maintenir les rations », a-t-il dit dans une interview avec la Voix de l'Amérique (VOA). Par ailleurs, la distribution du ravitaillement est entravée par des considérations de sécurité et la difficulté d’acheminer de l’aide par des routes peu sûres. Certes, un pont aérien pourrait être établi, mais cela serait beaucoup trop coûteux, a poursuivi M. Smerdon.

La réduction des rations alimentaires va impacter en priorité les enfants. « Si un enfant, depuis sa conception, ne reçoit pas les nutriments qu’il faut et les nutriments nécessaire à son développement, il en souffrira les conséquences toute sa vie », a-t-il rappelé. On sait aujourd’hui que la malnutrition a un impact négatif sur le produit intérieur brut (PIB) de nombreux pays.

Les réductions de rations alimentaires touchent le plus lourdement le Tchad, la République centrafricaine (RCA) et le Soudan du Sud. Selon les Nations Unies (Onu), environ 2,4 millions d’Africains dépendent de ces rations.

Toujours selon M. Smerdon, les manques de financements sont en partie dus à la multiplication des urgences à travers le monde.

XS
SM
MD
LG