Liens d'accessibilité

Le nouveau Premier ministre gabonais promet un "gouvernement d'ouverture" pour dimanche


Emmanuel Issoze Ngondet, nommé cette semaine par un décret du président réélu Ali Bongo, promet d’annoncer la composition de son "gouvernement d'ouverture" dimanche.

Le nouveau Premier ministre n’a pas hésité, lors d'une conférence de presse, à lancer de nouvelles piques envers l'opposant Jean Ping, qui ne reconnaît pas la victoire d'Ali Bongo Ondimba.

"C'est un gouvernement d'ouverture, largement ouvert aux forces vives de la nation (...) Les tractations qui se poursuivent vont dans ce sens", a-t-il dit.

"La composition du nouveau gouvernement sera rendue publique le dimanche 2 octobre", a ajouté M. Issoze Ngondet lors d'une conférence de presse, au lendemain de sa nomination par le président Ali Bongo Ondimba.

Interrogé au sujet de l'opposant Jean Ping, qui refuse catégoriquement de reconnaître la victoire de son rival Ali Bongo et rejette la main tendue du pouvoir en faveur du dialogue, le Premier ministre a ironisé: "Il est chef de quel parti? Il est chef de quel parti?".

"Vous pensez que le seul élément qu'il faut prendre en compte dans la considération qu'on donne aux hommes politiques, c'est juste leur participation à une campagne présidentielle? Il y a des acteurs politiques classiques que sont les partis, il faut tenir compte de ces partis", a-t-il répondu aux journalistes lui faisant remarquer que Jean Ping avait obtenu 47% des voix à la présidentielle, selon la Cour constitutionnelle.

La Cour a validé la victoire d'Ali Bongo (50,66%) vendredi dernier en rejetant la requête de M. Ping, qui dénonce un "déni de justice".

La nomination d'un nouveau Premier ministre et les appels au dialogue et à l'ouverture "ne changent rien. Il (M. Bongo) doit partir", a déclaré à l'AFP John Nambo, le directeur de cabinet de Jean Ping.

M. Ping a annoncé sur son compte Twitter qu'il ferait une "importante déclaration" jeudi après-midi.

Jusque-là ministre des Affaires étrangères, M. Issoze Ngondet a été nommé Premier ministre mercredi soir en remplacement de Daniel Ona Ondo, au lendemain de la prestation de serment d'Ali Bongo, 57 ans, pour un second septennat.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG