Liens d'accessibilité

Le Nigeria veut renforcer la lutte antidopage


Illustration d'un footballeur Nigerian

Illustration d'un footballeur Nigerian

Le ministre nigérian des Sports Solomon Dalung a annoncé vouloir durcir les mesures antidopage après la suspension de huit athlètes nigérians contrôlés positifs lors des Jeux africains en septembre dernier.

"Cela a mis en lumière la nécessité de réaliser plus de tests et de renforcer tous les aspects de notre programme antidopage, afin de détecter, dissuader et empêcher nos athlètes de se livrer à ce comportement contraire à l'éthique", a déclaré Dalung lors d'une conférence de presse.

A l'approche des jeux Olympiques de Rio (5-21 août), "c'est embarrassant. C'est un revers majeur au mauvais moment. Notre préparation pour les JO-2016 est chaotique et c'est vraiment fâcheux", a admis un responsable du Comité olympique nigérian, Ibrahim Galadima.

"Nous avons le potentiel pour réussir, mais le fait que nos athlètes se retrouvent impliqués dans des affaires de dopage est très inquiétant. Ce comportement ne les aidera pas et n'aidera pas le pays", a-t-il commenté dans une interview à la radio.

Les huit cas de dopage enregistrés lors de la compétition au Congo concernent des athlètes valides et handisport dans trois disciplines: l'athlétisme, l'haltérophilie et la lutte. Ceux-ci avaient fait usage de stéroïdes anabolisants, de diurétiques ou d'autres produits masquants.

Tous viennent d'être suspendus quatre ans, à l'exception de l'haltérophile Elizabeth Onuah, huit ans, dont il s'agissait du second contrôle positif.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG