Liens d'accessibilité

Le Nigeria veut démanteler les bases de Boko Haram dans six semaines


Les troupes tchadiennes qui mènent une offensive contre Boko Haram le 2 février 2015.

Les troupes tchadiennes qui mènent une offensive contre Boko Haram le 2 février 2015.

Boko Haram a réagi à cette annonce du gouvernement nigérian faite lundi, par une nouvelle vidéo de son leader Abubakar Shekau affirmant que l’alliance (des forces régionales) ne mènera à rien. Les djihadistes ont même lancé une nouvelle attaque au Niger.

De son coté, Sambo Dasuki, un des conseillers à la sécurité du président nigérian Goodluck Jonathan a affirmé à l’AFP que tous les camps connus de Boko Haram seront balayés dans six semaines coïncidant avec la nouvelle période des élections dont le report a été annoncé dimanche.

Les six semaines devront, selon M. Dasuki, permettre aux troupes du Nigeria et des pays voisins de mener à bien l’offensive lancée la semaine dernière.

L’élection présidentielle couplée aux législatives devront se tenir plutôt au 28 mars, donc aussi six semaines après la date initiale du 14 février.

La sécurité nationale et la présence de Boko Haram seront sans doute l’un des thèmes les plus déterminants de prochaines élections au Nigeria.

M. Dasuki a rassuré qu’un nouveau report n’aura lieu après celui de dimanche. D’où, l’impérieuse nécessité d’en finir avec Boko Haram juste avant la tenue du scrutin.

Le Tchad, le Niger, le Nigeria, le Cameroun et le Bénin se sont mis d'accord samedi pour mobiliser 8.700 hommes - soit 1.200 de plus qu'initialement annoncé - dans une force multinationale de lutte contre Boko Haram, alors que le Tchad a déjà lancé ses troupes dans la bataille dans le nord-est du Nigeria.

L'Assemblée nationale nigérienne devrait approuver lundi après-midi l'engagement de ses troupes dans cette offensive.

Dans la vidéo de 28 minutes diffusée lundi avec deux autres films sur le site de partage YouTube, Abubakar Shekau, se moque de la coalition régionale.

"Vous envoyez 7.000 soldats? Pourquoi pas 70 millions? Ce n'est pas beaucoup. (...) Par Allah, c'est peu. Nous allons les capturer un à un", a raillé le chef de Boko Haram qui a l'an dernier proclamé un califat dans les territoires sous son contrôle dans l'Etat nigérian de Borno (nord-est).

Les nouvelles vidéos du groupe montrent des images du chef de l'organisation Etat Islamique (EI), Abou Baqr al-Baghdadi et font référence au puissant califat de Sokoto, établi au XIXe siècle dans une région couvrant le nord de l'actuel Nigeria.

XS
SM
MD
LG