Liens d'accessibilité

Le Nigéria, toujours pénalisé par la polio


Un travailleur de la santé vaccinant contre la polio à Kano dans le nord du Nigéria

Un travailleur de la santé vaccinant contre la polio à Kano dans le nord du Nigéria

La polio frappe toujours au Nigéria, où le gouvernement et les ONGs luttent pour vacciner autant d'enfants que possible. Mais à la veille de la Journée mondiale contre la polio, célébrée le 25 octobre, les régions du Nigéria les plus affectées par la maladie restent inaccessibles aux travailleurs de la santé.

A Abuja, la capitale, les victimes de la polio sont en évidence dans les rues. Mohammad, 20 ans, se déplace de voiture à voiture, quémandant des piécettes. Ses jambes sont rétrécies et inutiles, et son corps repose sur une planche à roulettes en bois, qu’il a lui-même fabriquée, et qu’il pousse à la force de ses bras à travers la circulation, avec l’aide de ses mains.

Mohammad avait 4 ans quand il est tombé malade et a perdu l'usage de ses jambes. Dès l’âge de quatorze ans, sa famille ne pouvait plus l’aider et il a donc gagné la capitale pour mendier. Il n'a jamais été chez un médecin et n'a jamais entendu parler de la polio.

Mais selon les responsables nigérians de la santé, les jeunes handicappés que l’on retrouve comme Mohammad, au coin des rues à travers le pays, sont presque tous des victimes de la polio - une maladie parfois mortelle mais évitable qui a disparu en Occident dans les années 1990.

Le Nigeria a fait de nets progrès dans la lutte contre la polio depuis que Mohammad était petit. En 2013, on n’a recensé pour l’instant que 49 cas de polio, soit la moitié des cas répertoriés à la même époque en 2012.

Cependant, Kemi Lawanson, qui coordonne le programme Rotary PolioPlus International au Nigeria rappelle que pour chaque victime, la maladie est dévastatrice.

« Quand un enfant a la polio et qu’elle est effectivement détectée, ou si elle n'est pas détectée assez tôt - lorsque le virus de la polio frappe l'enfant, en particulier de moins de cinq ans ... il paralyse l'enfant. Et il reste paralysé à vie », explique Mme Lawanson.

Le gouvernement nigérian et toute une gamme d'organisations humanitaires tentent de vacciner autant d'enfants que possible. Mais selon Mme Lawanson, il est parfois difficile de convaincre les parents que la vaccination protège les enfants.

« Dans certaines régions des Etats où la polio est endémique, il y a toujours cette conviction que le vaccin contre la polio, le vaccin antipoliomyélitique oral, est une cause d'infertilité chez les filles », explique Mme Lawanson. C’est faux, cette crainte n’est absolument pas fondée, mais des parents redoutent toujours de prendre le risque de faire vacciner leurs enfants.

De surcroit, ajoute Mme Lawanson, les Etats du Nigéria où la polio reste endémique sont tous situés dans le nord, où les insurgés islamistes terrorisent la population depuis 2009.

En début d’année, neuf agents de la santé qui vaccinaient contre la polio ont été abattus dans l'État septentrional de Kano. L'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite précise que les travailleurs de la santé n'ont pas accès aux enfants dans l'Etat de Borno, très affecté par l’insurrection islamiste.

L'an dernier, les seuls pays à avoir signalé des cas de poliomyélite ont été le Nigeria, l'Afghanistan, le Pakistan et le Tchad. Mais en 2013, la maladie s’est déclarée en Somalie.
XS
SM
MD
LG