Liens d'accessibilité

Le Nigeria lève un milliard de dollars en euro-obligations


La ministre des Finances du Nigeria, Kemi Adeosun

La ministre des Finances du Nigeria, Kemi Adeosun

Asphyxié par une importante pénurie de devises étrangères, le Nigeria va lever des euro-obligations à hauteur de 1 milliard de dollars sur les marchés internationaux pour tenter de relancer son économie, récemment entrée en récession, , a annoncé vendredi la ministre des Finances.

"Nous avons déjà commencé à désigner nos conseillers, et nous levons un milliard de dollars", a déclaré Kemi Adeosun lors d'une conférence de presse à Abuja.

La semaine dernière, le gouvernement a donné son accord pour un plan d'emprunts internationaux avec la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement, la banque chinoise Exim et l'Agence de Coopération Internationale du Japon, sans dévoiler le montant recherché.

Mme Adeosun a assuré que le plan d'emprunts devrait être prêt d'ici le mois de décembre, et sera ciblé sur des secteurs très spécifiques comme l'éducation, l'agriculture, la santé et les projets de chemins de fer, qui manquent cruellement de capitaux.

"Je tiens à réaffirmer que nous avons un plan stratégique pour sortir de la récession dans laquelle nous nous trouvons. Nous souhaitons que cette récession soit la plus courte possible", a insisté la ministre.

Le Nigeria est officiellement entré en récession au deuxième trimestre, selon les chiffres du Bureau national des Statistiques (NBS), souffrant d'une inflation à deux chiffres et d'une chute très importante des investissements étrangers (-75% par rapport à la même période en 2015).

Le Nigeria, dépendant de son pétrole à hauteur de 70% de son budget, n'a jamais diversifié son économie en 50 ans d'extraction et souffre de plein fouet de la chute des cours du baril, depuis la mi-2014.

Les attaques régulières de groupes armés sur les infrastructures pétrolières depuis le début de l'année ont également fait chuter la production et les banques n'ont plus assez de devises étrangères et désormais, nationales, paralysant l'économie du pays.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG