Liens d'accessibilité

Le MNLA rejette l'appel de Paris à désarmer


Les Touaregs refusent de désarmer, comme Paris l'avait suggéré

Les Touaregs refusent de désarmer, comme Paris l'avait suggéré

Les touaregs rebelles séparatistes du Mali ont rejeté les appels à désarmer lancés par la France, qui avait invité le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) à déposer les armes avant les élections prévues théoriquement en juillet dans le pays. Ils ont déclaré mercredi qu'ils se battraient jusqu'à la mort si les troupes maliennes pénétrent dans les zones sous leur contrôle, ont précisé les agences de presse.

Mahamadou Djeri Maïga, vice-président du MNLA, a déclaré que Paris a un devoir moral de forcer le gouvernement malien intérimaire à venir à la table des négociations pour forger un accord qui permettrait de créer une zone autonome dans le nord, assortie de garanties internationales.

« Avez-vous jamais vu un groupe désarmer avant que les négociations aient lieu? » a dit M. Maïga à Reuters.

Depuis l’accession du Mali à l’indépendance de la France en 1960, les touaregs ont lancé plusieurs révoltes, s’élevant entre autre contre la négligence ou les sévices infligés, selon eux, par le gouvernement central de Bamako.

Pour l’instant, la tenue d’élections présidentielle et législatives reste problématique, vu l’insécurité persistante au Mali, même si les autorités affirment poursuivre leurs préparatifs.
XS
SM
MD
LG