Liens d'accessibilité

Le Maroc quitte le sommet de Malabo pour protester contre la présence du Polisario


Le commandant Sidi Waghal parle avec ses officiers près de Tifariti, dans l'ouest du Sahara, le 9 septembre 2016.

Le commandant Sidi Waghal parle avec ses officiers près de Tifariti, dans l'ouest du Sahara, le 9 septembre 2016.

Le Maroc et plusieurs pays arabes ont quitté le sommet Afrique/Monde arabe qui se tenait mercredi à Malabo en Guinée équatoriale pour protester contre la présence d'une délégation du Front Polisario, ont indiqué plusieurs médias.

Gros investisseurs en Afrique, le Maroc a quitté le quatrième sommet Afrique/Monde arabe sur le thème de la coopération économique avec sept autre pays arabes (Arabie Saoudite, Emirats Arabes unis, Bahrein, Qatar, Sultanat d'Oman,Jordanie, Yémen) ainsi que la Somalie.

La délégation marocaine a pris cette décision pour protester contre "la présence de l'emblème d'une entité fantoche dans les salles de réunions", a indiqué le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération (MAEC) cité par l'agence de presse marocaine MAP.

Le Maroc considère le Sahara occidental, qu'il contrôle, comme partie intégrante du royaume, alors que le Front Polisario, qui milite pour l'indépendance de cette ancienne colonie espagnole, réclame un référendum d'autodétermination.

La délégation marocaine a quitté Malabo alors que le Maroc tente de réintégrer l'Union africaine (UA) que Rabat avait quittée en 1984 pour protester contre l'admission de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) du Front Polisario.

Le "coup d'éclat" du Maroc a été sévèrement jugé sur le plateau de la télévision Africa 24, proche du gouvernement de la Guinée-Equatoriale qui couvre le sommet en direct, avec des duplex et des commentaires plateau.

"Le Maroc a des partenariats avec l'Afrique centrale, l'Afrique de l'Ouest et même l'Afrique australe. On ne peut pas se permettre un tel coup d'éclat", a déploré un commentateur.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG