Liens d'accessibilité

RCA: la justice confirme le mandat d'arrêt contre Bozizé


François Bozizé (archives)

François Bozizé (archives)

Le Garde des sceaux Arsène Sendé promet qu'il n'y aura pas de justice des vainqueurs.

La République centrafricaine a lancé un mandat d'arrêt international contre le président déchu François Bozizé, renversé en mars. Le gouvernement de Bangui accuse l’ancien leader de crimes contre l'humanité et incitation au génocide notamment, a annoncé vendredi le procureur de Bangui Alain Tolmo.

"Depuis le 29 mai 2013, un mandat d'arrêt international a été émis contre le principal auteur François Bozizé", a annoncé le procureur, soulignant que parmi les chefs d'accusation figurent notamment "des crimes relevant du statut de la Cour pénale internationale (CPI), entre autres: crimes contre l'humanité et incitation au génocide".

Des combattants de Séléka devant le palais présidentiel à Bangui (25 mars 2013)

Des combattants de Séléka devant le palais présidentiel à Bangui (25 mars 2013)



M. Tolmo a déclaré à l’AFP que François Bozizé Yangouvonda est accusé "d'assassinats, au nombre de 22 actuellement; d’arrestations, séquestrations et détentions arbitraires au nombre de 53; de destruction et incendie des maisons d'habitation au nombre de 3823 pour le moment; d’exécutions sommaires qui se chiffrent à 119".

Dans un entretien avec le service francophone de la Voix de l’Amérique, le ministre de la justice Arsène Sendé s’est voulu rassurant quant aux intentions des nouvelles autorités de Bangui : La loi est faite pour tout le monde ; il n’y aura pas une justice des vainqueurs ».

M. Sendé a fait savoir que tout élément de la coalition rebelle identifié comme auteur de crimes sera également poursuivi.

XS
SM
MD
LG