Liens d'accessibilité

Le Mali attendra jusqu'à fin septembre la prochaine décision du FMI


La ministre malienne de l’économie et des finances, Madame Bouaré Fily Sissoko, est repartie les mains vides de Washington, où elle a conduit une visite de travail des autorités maliennes auprès du Fonds monétaire international (FMI).

Dans une déclaration conjointe à l’issue de cette visite, Madame Bouaré Fily Sissoko et Christian Josz, Chef de mission du FMI pour le Mali, ont fait valoir que leurs discussions avaient porté notamment sur « l’achat récent d’un avion, d’un contrat de fournitures autres que des armes et munitions passé par le Ministère de la défense et des anciens combattants, et de l’octroi d’une garantie par l’Etat lié à ce contrat ainsi que d’autres contrats ».

Il s’agit de s’assurer que la conduite des finances publiques au Mali est compatible avec les engagements pris par Bamako. Ces engagements de bonne gouvernance des finances publiques figurent dans l’arrangement au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) que le Conseil d’administration du FMI a approuvé le 18 décembre 2013, a fait valoir le communiqué.

En d’autres mots, le FMI a renvoyé la balle au gouvernement du Mali, qui a du s’engager « à mettre en œuvre ces mesures d’ici la prochaine mission du FMI à Bamako prévue au mois de septembre 2014 ».

Si le gouvernement du président Ibrahim Boubacar Keïta espérait régler son contentieux avec le FMI à l’occasion de la visite à Washington de Mme Bouaré Fily Sissoko, cela n’a pas été le cas. Il devra faire ses preuves pour que fin septembre, la prochaine série de discussions puisse aboutir.

Le FMI s’était dit surpris par l'achat d'un nouvel avion présidentiel à 30 millions d'euros, une dépense considérable que de toute évidence, il ne s’attendait pas à ce que l’Etat malien entreprenne.
XS
SM
MD
LG