Liens d'accessibilité

Le malaise économique persiste en Europe


Manifestation en Grèce contre les licenciements dans la fonction publique

Manifestation en Grèce contre les licenciements dans la fonction publique

En Europe, si la crise économique ne monopolise plus les grands titres de l’actualité, elle n’en suscite pas moins des inquiétudes.

La situation reste précaire dans plusieurs pays. La Grèce a repris lundi les discussions avec ses créanciers après une interruption de deux semaines marquée par la décision du gouvernement de fermer le groupe audiovisuel public RTE.

Des responsables de l'Union européenne (UE) disent qu’Athènes a 3 jours pour rassurer ses bailleurs de fonds internationaux sur sa capacité à respecter les conditions posées au versement de la prochaine tranche d'aide, soit plus de 10 milliards de dollars. Ils ont évoqué l’insatisfaction générale que suscite la gestion par les autorités grecques de la réforme du secteur public, et souhaité que la Grèce réduise davantage les dépenses du gouvernement avant de toucher de nouveaux fonds.

Les créanciers d’Athènes ne sont pas satisfaits du rythme des compressions d'effectifs dans la fonction publique et des déficits croissants du secteur de la santé. La récession dans le pays en est à sa sixième année et plus d'un quart de la main-d'œuvre est au chômage.

Lundi soir, l’Union européenne a dû encourager le Portugal à « maintenir le rythme des réformes », après la démission surprise de son ministre des Finances, architecte de la politique d’austérité dans ce pays. Ce qui fait douter de l’avenir de ces réformes.

Et en Espagne, la dette publique a fortement progressé au cours du premier trimestre 2012, établissant un nouveau record à 88,2% du PIB, un niveau bien supérieur à la limite européenne de 60% du PIB. Et ce alors que le pays est confronté à un taux de chômage record, supérieur à 25 %.
XS
SM
MD
LG