Liens d'accessibilité

Le mäis transgénique pourrait aider à sauver les récoltes de la sècheresse


Dans le centre des Etats-Unis, les cultures de mäis sont dévastées par la sécheresse

Dans le centre des Etats-Unis, les cultures de mäis sont dévastées par la sécheresse

Culture controversée, le mäis transgénique pourrait aider à mitiger l'impact des graves sécheresses qui surviennent de plus en plus fréquemment.

Le maïs transgénique, quoique controversé, pourrait aider à sauver les récoltes de la sècheresse

Aux Etats-Unis, une sécheresse historique dans le Midwest, le centre du pays, fait flamber les prix des produits agricoles tels que le blé, le maïs et le soja. Plus d'un tiers des plantations de maïs sont perdues mais en dépit des pénuries de pluies, certaines variétés se débrouillent relativement bien.

Près de Sutton dans le Nebraska, les champs de maïs de l’exploitant agricole Bruce Trautman n’ont reçu qu’un tiers des précipitations normales. Résultat : la majorité de sa récolte sera perdue, même une partie pourrait survivre. Car M. Trautman compte parmi les 250 agriculteurs américains qui ont accepté cette année de participer à un projet pilote visant à mettre à l’essai une variété de maïs génétiquement modifiée, créée par la société Monsanto, qui lui a ajouté un gène.

Selon Mark Edge de Monsanto, ce gène est courant dans les sols, et aide les bactéries à survivre à la sècheresse. Et effectivement, M. Trautman trouve que son champ de maïs génétiquement modifié semble bien se porter, même si M. Edge reste prudent. Il faudra attendre la récolte pour savoir à quoi s’en tenir, souligne le responsable de Monsanto.

Le projet de fait pas l’unanimité. Parmi les critiques : Doug Gurian-Sherman de l’ONG « Union of Concerned Scientists ».

« C’est un pas en avant, mais cela reste très, très modeste », déclare M. Gurian-Sherman. Il rappelle que la tolérance des récoltes à la sécheresse est également le fruit de l’amélioration génétique des cultures conventionnelles et d’une meilleure gestion des sols. Et cela sans qu’on ait à se préoccuper du coût des techniques de modification génétique, ou de la controverse que ces méthodes suscitent.

« Il existe au stade actuel des moyens plus rentables et plus fiables, pour améliorer des choses comme la tolérance à la sécheresse. Et je crois que nous devons redoubler d’efforts dans ces domaines », déclare M. Gurian-Sherman.

Le responsable de Monsanto, Mark Edge, se dit d’accord avec lui. Il n’y a pas qu’une seule réponse à la sécheresse. Il faut la combattre sur tous les fronts, et le maïs génétiquement modifié peut aider à dépanner les agriculteurs, fait-il valoir.

Une chose est certaine : on en saura davantage à l’automne, à l’occasion des récoltes.
XS
SM
MD
LG