Liens d'accessibilité

Le jazzman Phil Woods est décédé


Le saxophoniste américain Phil Woods est décédé mardi 30 setpembre 2015 à 83 ans, et laisse derrière lui une carrière très riche de plus de soixante ans marquée par sa dévotion au maître Charlie Parker. Le décès, à la suite d'une maladie pulmonaire, a été confirmé à l'AFP par son agent, Joel Criss, après l'annonce par plusieurs médias américains.

Passionné de musique, Phil Woods possède une discographie riche de plusieurs centaines d'enregistrements et est l'auteur de plus de 200 morceaux et arrangements. De formation classique, notamment à la prestigieuse Juilliard School de New York, Phil Woods est rapidement repéré par Quincy Jones, en 1956. Il a remporté quatre Grammies, prix décernés aux meilleurs musiciens et chanteurs chaque année.

"Phil a joué sur presque tous les albums que j'ai fait depuis 1956 pour une raison très précise: il n'était pas seulement le meilleur joueur de saxophone alto sur Terre, mais c'était aussi vraiment une belle personne", a écrit Quincy Jones sur sa page Facebook.

Woods est un personnage truculent, souvent affublé d'une casquette en cuir noir. Il a croisé Charlie Parker, un soir de 1954 dans un bar de Greenwich Village, Arthur's Tavern, qui existe toujours. Charlie Parker est un jazzman et saxophoniste americain.

Ce soir-là "je n'arrivais à rien avec mon saxophone", racontait Phil Woods lors d'un concert en 2011, expliquant l'avoir néanmoins prêté à Charlie Parker, qui n'avait pas de saxophone alto avec lui. "Et là, je me suis rendu compte qu'il n'y avait aucun problème avec mon instrument. Il fonctionnait très bien", plaisantait Woods. Parker décède quelques mois plus tard, alors que la carrière de Phil Woods démarre à peine.

La justesse et la précision de son jeu, ainsi qu'une maîtrise rythmique hors norme, en font un musicien prisé, sollicité par les plus prestigieux ensembles. Il joue notamment avec Dizzy Gillespie au sein des Birdland All-Stars. Très influencé par le "be-bop", le mouvement créé par la génération de Parker et Gillespie, Woods est un temps surnommé "New Bird". Le lien sera renforcé par son mariage avec la veuve de Parker, Chan.

Il a régulièrement franchi les frontières du jazz pour s'aventurer dans la pop. C'est le son de Woods, à la fois pur et puissant, qui résonne sur les ballades "Still crazy after all these years" de Paul Simon ou plus encore "Just the way you are" de Billy Joel.

Signe de son appétit insatiable, Phil Woods, déjà très malade, a donné son dernier concert début septembre à Pittsburgh (Pennsylvanie, nord-est) avec, à son côté, sa bouteille à oxygène. Il avait annoncé, ce soir-là, qu'il s'agissait de sa dernière prestation scénique.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG