Liens d'accessibilité

Le groupe Etat Islamique utilise des civils comme boucliers humains en Syrie


Le groupe Etat islamique utilise des civils comme boucliers humains, a accusé vendredi un responsable militaire américain, alors que la coalition est accusée d'avoir tuée des dizaines de civils dans des frappes près de Menbij en Syrie.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a accusé la coalition d'avoir tué 56 civils, dont 11 enfants, qui fuyaient mardi un village près de Minbej. La coalition a lancé une enquête pour déterminer son éventuelle responsabilité.

Le groupe Etat islamique a "utilisé des civils comme boucliers humains et comme appât (...) tentant d'attirer sur eux le feu des Forces démocratiques syriennes", a accusé le colonel Chris Garver, porte-parole militaire de la coalition qui s'exprimait par vidéo-conférence depuis Bagdad.

Selon le porte-parole, la frappe de mardi a été déclenchée quand les combattants des FDS ont "observé un nombre important" de jihadistes "dans un convoi qui semblait se préparer pour une contre-attaque".

Après la frappe, "nous avons ensuite reçu des informations, tant internes qu'externes, selon lesquelles il y aurait pu y avoir des civils mêlés avec les combattants de l'EI", a-t-il indiqué.

La première phase de l'enquête de la coalition s'achèvera au maximum "d'ici une semaine et demi", a ajouté le porte-parole.

Les responsables militaires de la coalition détermineront à ce moment là s'ils lancent une enquête plus approfondie ou s'ils rejettent ces allégations, a-t-il dit.

Selon le porte-parole américain, les jihadistes opposent une résistance inédite à Minbej, stratégiquement située sur le dernier axe entre la frontière turque et le bastion jihadiste syrien de Raqa.

Plus les Forces démocratiques syriennes avancent dans la ville, plus les combats deviennent "intenses", "ce qui est différent de ce que nous avions vus à Ramadi ou à Fallouja", les récentes défaites des jihadistes en Irak, a-t-il expliqué.

"C'est une lutte comme nous n'avions pas vue auparavant", a-t-il indiqué.

Selon son estimation, les Forces démocratiques syriennes ont reconquis "à peu près la moitié de la ville", dans laquelle il resterait "au moins deux mille civils".

Les FDS ont indiqué qu'elles avaient donné jeudi 48 heures à l'EI pour quitter Minbej, mais le porte-parole américain a indiqué qu'il ne "confirmait pas" cette information.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG