Liens d'accessibilité

Les Irakiens en colère après le carnage du 3 juillet à Baghdad


Suite à l'attentat qui a fait 213 morts et plus de 200 blessés, le gouvernement de Haider Al-Abadi a proclamé un deuil national de trois jours et modifié les mesures de sécurité dans la capitale irakienne.

Les Irakiens fulminaient lundi contre leur gouvernement après son échec à empêcher un attentat suicide du groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui a fait plus de 200 morts à Bagdad, le pire qu'ait connu leur pays depuis des années.

Face à la colère des Irakiens et dans une tentative de soigner leur image, les autorités ont annoncé l'exécution de cinq condamnés à mort et l'arrestation de 40 jihadistes.

Le bilan de l'attentat pourrait encore s'aggraver, les secouristes continuant de rechercher des corps au milieu des décombres des échoppes et des bâtiments détruits par l'explosion dimanche d'un véhicule piégé dans une rue bondée du quartier commerçant de Karrada.

Commise par le groupe extrémiste sunnite, l'attaque visait à faire un maximum de morts dans le quartier majoritairement chiite, où les badauds, au moment de l'explosion, se pressaient pour faire leurs courses avant la fête marquant la fin du mois sacré du ramadan.

Depuis la chute du régime de Saddam Hussein, renversé en 2003 après l'invasion américaine, l'Irak est en proie à l'instabilité politique et sécuritaire avec des crises gouvernementales à répétition et des attentats qui continuent d'endeuiller le pays.

Le Premier ministre Haider al-Abadi (archives)

Le Premier ministre Haider al-Abadi (archives)

Après s'être rendu sur les lieux du drame dimanche, le Premier ministre Haider Al-Abadi a proclamé un deuil national de trois jours et annoncé une modification des mesures de sécurité.

Vingt-quatre heures après l'attentat qui a fait 213 morts et plus de 200 blessés, les habitants de la capitale irakienne continuaient d'exprimer leur colère.

"Je jure par Dieu, ce gouvernement est un échec", lâche une femme se présentant comme Oum Alaa qui a perdu son appartement dans la déflagration.

"Les tactiques (de l'EI) évoluent. Pourquoi le gouvernement garde-t-il la même stratégie? s'interroge un homme en faisant référence aux "stupides checkpoints" des forces de sécurité ou aux détecteurs de bombes qui se sont révélés inefficaces.

Inam al-Zoubaidi est elle venue à Karrada pour présenter ses condoléances aux "familles des martyrs, tombés en raison de ce gouvernement raté".

Une vidéo postée sur les réseaux sociaux a montré des hommes en colère lancer des pierres dimanche sur un convoi présenté comme celui de M. Abadi à Karrada, alors qu'un autre homme a été entendu en train de l'insulter dans une autre vidéo.

M. Abadi, dont le gouvernement est déjà accusé de corruption, s'est voulu compréhensif. "Je comprends l'émotion et les actions qui se produisent dans des moments de colère et de tristesse", a-t-il dit dans un communiqué.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG