Liens d'accessibilité

Le gouvernement intérimaire égyptien entend faire disperser les sit-in pro-Morsi


Les sit-in des partisans de l'ancien président sont qualifiés par les autorités de menaces inacceptables à la sécurité nationale

Les sit-in des partisans de l'ancien président sont qualifiés par les autorités de menaces inacceptables à la sécurité nationale

En Egypte, le gouvernement intérimaire appuyé par les militaires a ordonné au ministre de l’intérieur de disperser deux sit-in des partisans de Mohamed Morsi, les qualifiants de menaces inacceptables à la sécurité nationale.

Intervenant mercredi à la télévision nationale, le ministre de l’Information, Dorreya Sharaf el-Din, a dit que la police mettra fin à ces sit-in d’une manière conforme à la loi et à la Constitution. Ces remarques publiques font craindre le pire au cas où les forces de sécurité interviendraient contre les manifestants pro-Morsi, qui campent devant la mosquée Rabaa Al-Adawiya, mais aussi en face du principal campus de l’université du Caire.

Peu avant la déclaration télévisée du ministre de l’Information, le bureau du procureur avait annoncé que le leader spirituel des Frères musulmans, Mohammed Badie, actuellement en fuite, et deux hauts responsables du mouvement islamiste, seront traduits en justice pour incitation au meurtre d’au moins huit manifestants le mois dernier.

Plus de 200 personnes ont été tuées depuis que les militaires ont renversé le président Morsi, le 3 juillet.

Le gouvernement intérimaire égyptien entend organiser un référendum dans un délai de cinq mois sur des amendements constitutionnels, suivi, l’année prochaine, d’élections législatives et d’une nouvelle présidentielle.

Mardi, le président Barack Obama a demandé à deux sénateurs chevronnés, les républicains Lindsey Graham et John Mccain, de se rendre en Egypte la semaine prochaine pour des entretiens avec les dirigeants de l’armée et de l’opposition.

Suite à la dernière crise égyptienne, des voix se sont élevées ici aux Etats-Unis pour remettre en cause l’aide militaire et économique américaine à l’Egypte, d’un montant annuel de 1,5 milliard de dollars. Une tentative du sénateur républicain Rand Paul de bloquer cette aide a échoué mercredi au Sénat, lorsque les sénateurs ont voté par 86 voix contre 13 pour reporter à une date indéterminée le débat sur la question.
XS
SM
MD
LG