Liens d'accessibilité

Le gouvernement burundais va demander aux étudiants de rembourser leurs bourses


Un étudiant burundais à Bujumbura, Burundi, le 25 février 2012.

Un étudiant burundais à Bujumbura, Burundi, le 25 février 2012.

Les étudiants burundais vont rembourser leur bourse qui avant était octroyée gratuitement par le gouvernement.

Tel est un projet de loi que les ministres ont étudié et adopté la semaine dernière autour d’un conseil. Les plus de 13 000 étudiants burundais vont devoir à l’avenir payer leur bourse.

Les étudiants burundais ne voient pas d’un bon oeil une telle mesure dans un contexte de paupérisation.

Parents et syndicalistes s’insurgent contre une mesure prise dans un des pays les plus pauvres pays de la planète où le Burundais vit avec moins d'un dollar par jour.

Le gouvernement burundais a proposé dernièrement, en Conseil des ministres, un projet de décret portant réorganisation du système de gestion des bourses d'études et de stage.

Présenté par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, les membres du gouvernement ont introduit un système de prêt bourse pour s'adapter aux pratiques régionales et internationales en matière de l’enseignement supérieur.

Selon le porte-parole du gouvernement Philippe Nzobonariba, le Burundi est l’unique pays au monde à attribuer des bourses gratuites aux étudiants.

Pour Nzobonariba, ce projet vise à rationaliser les moyens alloués aux bourses d’études et de stages en reconsidérant l’appui financier aux étudiants à tous les niveaux de la formation universitaire par l’introduction du système de prêt-bourse.

Pour ce représentant des étudiants de l’université du Burundi, cette mesure doit être suspendue car elle porte atteinte aux intérêts des étudiants. "C'est très dommage, car les étudiants le vivent mal, c'est difficile", explique-t-il.

Un parent interrogé a indiqué que le gouvernement burundais doit tout faire pour chercher d’autres bailleurs de fonds capables de payer ce prêt bourse pour les étudiants de l’université du Burundi qui ont en majorité des parents pauvres.

"Normalement, l'État doit consentir beaucoup d'effort pour scolairiser ses enfants", souligne-t-il, "et nous avons chômage criant, mais les étudiants ne pourront pas trouver du travail facilement pour rembourser les bourses".

Les bourses d’excellence seront octroyées aux élèves du secondaire qui auront réussi les premiers le concours national de fin d’humanité secondaire.

Christophe Nkurunziza, à Bujumbura

XS
SM
MD
LG