Liens d'accessibilité

Le Ghana se dote d’un centre de recyclage d’appareils électroniques


Les déchets électroniques provoquent de graves problèmes environementaux en Afrique

Les déchets électroniques provoquent de graves problèmes environementaux en Afrique

Depuis des années, beaucoup de Ghanéens qui vivent dans l’extrême pauvreté récupèrent les vieux appareils électroniques et les brûlent en plein air pour en extraire les métaux.

Au Ghana, un nouveau centre de recyclage d’appareils électroniques hors d’usage vient d’être mis sur pied. Il s’agit d’un début de solution au danger que représentent les substances nocives contenues dans les déchets électroniques. Car depuis des années, beaucoup de Ghanéens qui vivent dans l’extrême pauvreté récupèrent ces vieux appareils et les brûlent en plein air pour en extraire des métaux afin de se faire un peu d’argent.

Une fumée noirâtre se propage à Accra, la capitale ghanéenne, provenant près d’une rivière morte dans le quartier d'Agbogbloshie. Elle émane d’un tas de rebuts électroniques, détruits par un feu allumé délibérément par des marchands de ferraille. Ce sont notamment de vieux téléviseurs, ordinateurs et des câbles qui sont brulés. Les flammes font fondre le plastique. Ce qui reste, ce sont les métaux et tout particulièrement le cuivre.

Le plomb présent dans le sol de la zone dépasse tous les records, jusqu'à 100 fois supérieures à la normale. Pire, une étude a démontré la présence de résidus chimiques dans le lait maternel des mères d’Accra, et elle est liée à la pollution produite à Agbogbloshie.

Les hommes qui s’activent sur cette décharge électronique viennent pour la plupart du nord du Ghana, la partie la plus désœuvrée du pays. Sumani Abdul Karim en fait partie. « Ils brûlent ces appareils parce qu’ils ne savent pas comment en retirer le fil métallique, puis le cuivre », dit-il.

Une pratique très dangereuse pour la santé humaine à laquelle une organisation environnementale, « Green Advocacy Ghana », veut mettre un terme. Elle a récemment ouvert un centre de recyclage à Agbogbloshie, pouvant ôter en toute sécurité tout le plastique qui recouvre le fil de cuivre. Selon le patron de l’ONG, Yaw Amoyaw-Osei, « Ces gens savent que leur pratique de combustion de ces déchets électroniques affecte leur santé. Ils étaient impatients de voir le changement. Ils ne peuvent pas stopper ce qu’ils font parce que c’est leur seul moyen de subsistance. Ils le font pour survivre. Mais grâce à ce centre, ils ont réalisé qu’il n’y a pas lieu de continuer ainsi et se faire du mal ».

Mais tout le monde à Agbogbloshie n’en est pas totalement convaincu. Certains jeunes sont contre la nouvelle installation, craignant qu’elle nuise à leur gagne-pain.

Pour le président de l’Association des marchands de ferraille d’Accra, plusieurs organisations ont voulu changer les choses à Agbogbloshie, mais peu ont tenu leurs promesses. Abdul Rahaman Abdulai est toutefois d’avis que le centre de recyclage portera ses fruits. « Nous ne pouvions rien faire contre la combustion en plein air. Néanmoins, nous disposons maintenant des machines appropriées pour cesser de brûler ces appareils comme nous le faisions. Désormais tout ira bien pour nous », explique-t-il.

Le centre de recyclage n’est cependant pas encore pleinement opérationnel. Et pour l’heure, de la fumée noirâtre continue d’émaner d’Agbogbloshie et de se répandre sur la capitale ghanéenne.

XS
SM
MD
LG