Liens d'accessibilité

Le général Mokoko devant la cour d’appel ce jeudi à Brazzaville


Jean-Marie Michel Mokoko, opposant et candidat à la dernière présidentielle de 2016 en République du Congo, may 2014.

Jean-Marie Michel Mokoko, opposant et candidat à la dernière présidentielle de 2016 en République du Congo, may 2014.

L’opposant et candidat à la dernière présidentielle en République du Congo devra se présenter en chambre d’accusation de la cour d’appel de Brazzaville, accusé pour atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et détention illégale d’armes et de minutions de guerre.

Jean-Marie Michel Mokoko sera pour la première fois en audience publique devant un juge trois mois après son arrestation.

Plusieurs acteurs politiques du Congo, en détention à la maison d’arrêt, comparaitront également.

Le général Mokoko, officiellement arrivé troisième après Denis Sassou N’Guesso et Guy Brice Parfait Kolelas, avait été arrêté le 16 juin 2016.

Il a toujours rejeté les faits dont il est accusé, indique Me Eric Yvon Ibouanga, l’un de ses avocats.

La chambre d’accusation va donc confirmer ou pas les charges retenues contre le général Mokoko. Si ces faits ne sont lui sont pas reprochés, il sera relâché et le procès n’aura pas lieu.

Par ailleurs, l’affaire d’une vidéo qui circule à Brazzaville, montrant le général Mokoko en train de préparer coup d’Etat contre le régime de Sassou N’Guesso en 2007, peut également surgir dans ce dossier.

L’audience qui s’ouvre ce jeudi à la chambre d’accusation de la cour d’appel de Brazzaville aura également le mérite de présenter devant le public d’autres détenus à la maison d’arrêt. Anatole Limbogo Ngoka, Jean Ngouabi, Jacques Banagandzala, tous proches de Jean Marie Michel Mokoko, sauront enfin ce que le parquet leur reproche. Ils se sont toujours considérés comme des détenus politiques.

Reportage de Ngouela Ngoussou

XS
SM
MD
LG