Liens d'accessibilité

Le Fespaco, un succès mondial, selon le président ivoirien


Le président ivoirien Alassane Ouattara, 31 octobre 2016

Le président ivoirien Alassane Ouattara dont le pays est l'invité d'honneur de la 25e édition du Fespaco, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, a estimé samedi que l'événement était un succès mondial.

"Le Fespaco est un événement essentiel pour le monde de la culture, pour les Africains, pour la diaspora, pour le monde entier et cette 25e édition montre à quel point le Fespaco est un succès burkinabè, ouest-africain, continental et même mondial", a déclaré M. Ouattara à son arrivée à Ouagadougou

Le président Ouattara est arrivé au Burkina pour assister à la cérémonie de clôture du 25e Fespaco, principale vitrine du 7e art africain. Il devra remettre avec son homologue burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, l'Etalon d'or de Yennenga au long métrage lauréat de ce festival qui fêtera en 2019 son cinquantenaire.

C'est le premier chef d'Etat d'un pays invité d'honneur qui assistera à la clôture de l'événement.

"Nous sommes sûrs que cette fois-ci comme les années précédentes, ce sera une très belle fête et nous nous réjouissons d'en faire partie", a conclu le chef de l'Etat ivoirien.

Les relations entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire, en froid après la chute du président burkinabè Blaise Compaoré fin octobre 2014, ont connu un réel réchauffement après un sommet ivoiro-burkinabè fin juillet 2016 à Yamoussoukro. Il avait marqué la première visite officielle du président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré chez son voisin ivoirien depuis son élection le 29 novembre 2015.

Les relations entre les deux pays, fortement imbriqués sur les plans politique et économique, sont anciennes. Quelque trois millions de Burkinabè vivent en Côte d'Ivoire, selon l'Institut ivoirien de la statistique et de la démographie.

Une série d'événements a toutefois troublé les relations entre les deux pays ces dernières années.

L'ancien président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par la rue fin octobre 2014 et jadis un des principaux soutiens d'Alassane Ouattara, a trouvé refuge en Côte d'Ivoire où il vit en exil. Naturalisé ivoirien depuis, M. Compaoré fait l'objet d'un mandat d'arrêt lancé par la justice burkinabè.

Pour M. Ouattara, les deux pays ont des "relations spéciales, des relations particulières". "Les peuples ivoiriens et Burkinabè sont des peuples frères, c'est quasiment les mêmes peuples", a-t-il indiqué soulignant sa joie d'être à Ouagadougou "comme chez lui".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG