Liens d'accessibilité

Le département d'Etat évoque le détournement du Nil Bleu


La construction du barrage menace le mode de vie de tribus de la région

La construction du barrage menace le mode de vie de tribus de la région

L’Ethiopie a commencé mardi à détourner les eaux du Nil Bleu pour construire un immense barrage qui sera le plus important du continent et permettra à Addis-Abeba de devenir un important producteur d’électricité. Cette initiative, fait valoir le gouvernement éthiopien, n'aura aucune incidence sur les autres pays qui dépendent du Nil pour s'approvisionner en eau. Néanmoins, l'Egypte et le Soudan ne cachent pas leur inquiétude.

Selon le quotidien officiel Ahram, le ministère égyptien des Affaires étrangères a convoqué mercredi l'ambassadeur éthiopien au Caire pour discuter de l'action menée par l'Ethiopie pour détourner le cours du Nil pour la construction du barrage.

L'Egypte rejette les mesures prises par l'Éthiopie, alors qu’un désaccord sur la question persiste entre Addis-Abeba, Le Caire et Khartoum.

Détourner le Nil Bleu est nécessaire pour poursuivre la construction du vaste barrage hydroélectrique envisagé par l’Ethiopie, dont le coût est chiffré à près de cinq milliards de dollars. A en croire les autorités éthiopiennes, la rivière reprendra son cours normal une fois les travaux terminés.

Ici à Washington, le porte-parole du département d’Etat américain a réagi aux préoccupations exprimées par l’Egypte et le Soudan. A l’occasion de son point de presse mercredi, un porte-parole a dit que les Etats-Unis saluent « les efforts actuels de l'Egypte, de l'Ethiopie et du Soudan pour examiner conjointement les impacts en aval du grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) ».

« Nous exhortons les pays à continuer à travailler ensembles afin de minimiser les impacts négatifs en aval et à coopérer pour développer conjointement le bassin du Nil Bleu au profit de tous les peuples de la région » a-t-il poursuivi.
XS
SM
MD
LG