Liens d'accessibilité

Le Conseil de sécurité fustige les belligérants sud-soudanais


Des déplacés sud-soudanais dans la capitale Juba, 29 décembre 2013

Des déplacés sud-soudanais dans la capitale Juba, 29 décembre 2013

Le Conseil de sécurité a déclaré qu’une offensive du gouvernement dans l'État d’Unité a provoqué des violences à grande échelle qui ont déplacé 100.000 personnes.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné les combats dans le nord du Soudan du Sud, et les violations répétées de l'accord de cessez-le-feu paraphé par le gouvernement et les rebelles en 2014. Dans un communiqué, le conseil a déclaré qu’une offensive du gouvernement dans l'État d'Unity a provoqué des violences à grande échelle qui ont déplacé 100.000 personnes et provoqué l’interruption de la livraison de l'aide aux civils dans la région.

Le conseil impute par ailleurs aux rebelles une attaque contre la ville de Malakal, dans l'Etat du Haut-Nil. Il s'est dit prêt à imposer des sanctions à ceux qui menacent le processus de paix dans le pays.

Un groupe de pays d’ Afrique de l'Est qui tente de régler le conflit entre le gouvernement du président Salva Kiir et les partisans de l’ancien vice-président Riek Machar, s'est déclaré "profondément frustré" par la violence à Malakal. L'Autorité intergouvernementale pour le développement, l’IGAD, a exhorté les deux parties à respecter leurs traités et de trouver une issue pacifique à la crise.

Le gouvernement dément que ses forces aient violé l'accord de cessez-le-feu, et plaide la légitime défense. Les Etats-Unis ont fait valoir qu’il n’existe pas de solution militaire à ce conflit.

XS
SM
MD
LG