Liens d'accessibilité

Le Congrès américain, invité à ratifier la réforme du FMI


La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, et le ministre des Finances de Singapore,Tharman Shanmugaratnam, lors des réunions de printemps Banque Mondiale-FMI

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, et le ministre des Finances de Singapore,Tharman Shanmugaratnam, lors des réunions de printemps Banque Mondiale-FMI

Réunions de printemps des instances de Bretton Woods – Banque mondiale et Fonds monétaire international (FMI). Reprenant leurs déclarations du début de la semaine, les responsables de ces instances ont confirmé que l’économie mondiale se redresse, mais reste fragile. La croissance économique a ralenti dans les pays émergents, tout en continuant d’être à l’origine de l’essentiel de la croissance mondiale, notent-ils.

Les responsables des deux institutions se sont engagés à œuvrer pour promouvoir la croissance et mitiger le chômage, qui reste « obstinément élevé » dans nombre de pays, y compris aux Etats-Unis.

Si le taux d'inflation reste faible dans les pays industrialisés, il fait craindre que certaines économies avancées pourraient souffrir de déflation.

Par ailleurs, dans leur communiqué final, les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 se sont déclarés « profondément déçus du retard persistant dans les réformes des quotes-parts et de la gouvernance du FMI arrêtées en 2010» , un projet de réforme qui vise à donner plus de poids aux pays émergents tout en augmentant les ressources du fonds.

Le Congrès des Etats-Unis refuse toujours d’approuver la mesure.

« Nous sommes déterminés à faire en sorte que le FMI demeure une institution solide qui dispose de ressources adéquates » ont ajouté les ministres dans leur communiqué. « Si les réformes de 2010 ne sont pas ratifiées d'ici la fin de l'année, nous demanderons au FMI de s'appuyer sur ses travaux existants pour proposer les mesures envisageables ».
XS
SM
MD
LG