Liens d'accessibilité

Attente des résultats de la présidentielle au Congo


Le président Denis Sassou Nguessou du Congo lors l'élection du 25 octobre 2015, à Brazzaville.

Le président Denis Sassou Nguessou du Congo lors l'élection du 25 octobre 2015, à Brazzaville.

Privés de télécommunications pour la deuxième journée consécutive, les Congolais attendent les résultats de l'élection de dimanche qui voyait le président Denis Sassou Nguesso briguer un nouveau mandat après 32 ans de pouvoir.

Les rues de Brazzaville étaient calmes à la mi-journée.

La veille, dans ce qui semble avoir été un bref moment isolé de violence dans la ville, à l'issue d'un scrutin calme, la police anti-émeutes avait dispersé avec des gaz lacrymogènes quelque 200 jeunes partisans du candidat d'opposition Guy-Brice Parfait Kolélas, qui insistaient pour assister au dépouillement à l'intérieur d'un bureau de vote.

Les administrations ont ouvert lundi matin et fonctionnaient normalement, mais la circulation était bien plus fluide qu'à l'accoutumée sur les grandes artères routières du nord et du sud de la ville, selon le correspondant de l'AFP dans la capitale congolaise.

Au grand marché Total, l'affluence était bien plus timide qu'un jour normal.

"Les gens ne sont pas venus beaucoup au marché. Ils pensent que les résultats sortiront aujourd'hui et qu'après il pourrait y avoir des tensions", confiait une vendeuse de noix de coco.

"Les gens ont peur, ça doit être la peur des résultats", renchérissait un chauffeur de taxi.

Les autorités chargées de publier les résultats de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) n'ont donné aucune indication sur le jour ou l'heure de la publication des résultats.

Samedi, à la veille du scrutin, les autorités avaient décidé de couper toutes les télécommunications (téléphone, internet, SMS) dans le pays pour 48 heures dimanche et lundi "pour des raisons de sécurité et de sûreté nationales", afin d'empêcher l'opposition de publier des "résultats.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG