Liens d'accessibilité

Le Comité du développement, satisfait des mesures prises par la Banque mondiale et le FMI pour contrer l'Ebola


A l’occasion des réunions annuelles Banque mondiale/Fonds monétaire international (FMI) ici à Washington, qui ont pris fin ce weekend, les institutions de Bretton Woods ont réitéré leur engagement en faveur des trois pays ouest-africains les plus affectés par l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola : Guinée, Sierra Leone et Libéria.

Le Comité du développement, organe conjoint de la Banque mondiale et du FMI, s’est félicité du « leadership » dont les institutions de Bretton Woods ont fait preuve face à l’épidémie d’Ebola, et de leur « réponse rapide ». Notamment, la Banque mondiale et le FMI ont mobilisé des fonds d’urgence pour appuyer les traitements et contenir la crise.

Le Comité du développement s’est dit « encouragé par les efforts conjoints de la communauté internationale en Afrique de l'Ouest », et il a souligné « l'importance de fournir un soutien coordonné additionnel et continu sur le terrain » à la riposte lancée sur le terrain par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Au-delà de la tragédie humaine, les pertes économiques dans ces pays sont catastrophiques » a déclaré le Comité. « Une action rapide et coordonnée et un soutien financier sont essentiels pour contenir et atténuer les impacts économiques immédiats et à long terme de la crise, et pour renforcer les capacités à faire face efficacement aux épidémies ».

La Banque mondiale et le FMI restent optimistes quant à la croissance dans le reste de l’Afrique en 2015, mais elles ont toutes deux évoqué les incertitudes que fait planer l’épidémie d’Ebola. Par exemple, le secteur du tourisme pâtit déjà d’annulations de voyages du fait de la maladie.

Autres sujets de préoccupation: la baisse du prix des matières premières, notamment du pétrole, suite au ralentissement de la croissance en Chine et en Europe. Les conflits qui persistent notamment au Soudan du Sud et en Centrafrique. Le déficit budgétaire au Ghana et l’impact de l’insurrection de la milice Boko Haram au Nigéria.

Par ailleurs, les institutions de Bretton Woods ont profité de leurs réunions annuelles pour rappeler que « L'inclusion est au cœur de prospérité partagée », et elles ont réclamé à une meilleure intégration des femmes dans le développement.

Dans un discours, la patrone du FMI Christine Lagarde a évoqué les disparités dans les revenus ainsi que le chômage, qui pénalise lourdement les jeunes, notamment en Afrique, et qui reste « un obstacle clé à la lutte contre la pauvreté ».

XS
SM
MD
LG