Liens d'accessibilité

Le CNDP rejoint la majorité présidentielle


Le CNDP rejoint la majorité présidentielle

Le CNDP rejoint la majorité présidentielle

En République démocratique du Congo, le Congrès national pour la défense du peuple, ancien mouvement rebelle, a décidé de s’allier à l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) pour les élections de 2011.

En mars 2009, le gouvernement congolais et le CNDP avaient signé un accord de paix à Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu (est) où il avait ses bases. Depuis lors, ces dirigeants n’ont cessé d’accuser le gouvernement de ne pas mettre en œuvre certains points de l’accord de Goma.

Cet accord prévoyait la transformation du CNDP en parti politique, la libération des membres de l'ex-rébellion détenus par les autorités de RDC et la promulgation par Kinshasa d'une loi d'amnistie des anciens rebelles.

Des membres de l'ex-rébellion ont été libérés et la loi d'amnistie promulguée mais reste l'épineuse question de l'intégration des ex-rebelles dans les institutions de la République et la reconnaissance des grades des ex-combattants qui ont été intégrés à l'armée nationale.

Dirigé par son chef emblématique Laurent Nkunda, le CNDP avait débuté sa rébellion dans les collines du Nord-Kivu en juin 2003. Le mouvement, soutenu par Kigali, avait mis en déroute l'armée congolaise en octobre 2008 dans cette province.

Mais à la suite d'un retournement d'alliances, Kinshasa et Kigali avaient lancé en janvier 2009 une opération militaire conjointe sans précédent contre les rebelles hutus rwandais dans l'est de la RDC, qui a également abouti à l'arrestation de Nkunda le 22 janvier au Rwanda.

XS
SM
MD
LG