Liens d'accessibilité

Le candidat socialiste à la présidentielle française défend son projet de légalisation du cannabis


Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste à la présidentielle française à Paris, France, 29 janvier 2017.

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste à la présidentielle française à Paris, France, 29 janvier 2017.

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste à la présidentielle française, a défendu samedi à Lisbonne son projet de légalisation du cannabis, en s'appuyant sur l'exemple du Portugal, qui a dépénalisé avec succès l'usage des drogues il y a plus de 15 ans.

"La légalisation du cannabis est un moyen de tuer les trafics, plutôt que les trafics tuent", a déclaré M. Hamon à l'issue d'une rencontre avec João Goulão, directeur de l'organisme qui chapeaute l'opération, la Sicad.

"C'est parce que je pense qu'il est dangereux de se droguer qu'il faut légaliser", a-t-il ajouté.

Le Portugal a choisi en 2001 de décriminaliser le cannabis et les drogues dures, en raison d'une très forte consommation qui concernait alors jusqu'à 1% de la population pour l'héroïne.

Les consommateurs y disposent de possibilités de prise en charge, médicale, ou sociale et psychologique.

Outre une division par deux des consommateurs d'héroïne, le Portugal compte aujourd'hui, selon cet ancien médecin devenu une référence sur la question dans le pays, seulement quelque 5.000 personnes hors du système de prise en charge.

De son côté, M. Hamon défend la légalisation du seul cannabis en France. Outre l'arrêt de la répression pour consommation, il s'agit donc en plus de réguler le marché, en organisant la vente. "Ce n'est pas en 2018 qu'on aura des débits de cannabis partout le territoire", a prévenu le candidat socialiste, mais c'est l'objectif à terme.

Plus de quatre Français sur dix (43%) sont favorables à la dépénalisation du cannabis en France, selon un sondage paru en janvier. Un chiffre en hausse régulière, 30% y étant favorables en 2012 et 26% en 1996.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG