Liens d'accessibilité

Le Canada envisage de diriger les Casques bleus en Haïti


Le président provisoire d'Haïti Jocelerme Privert et le Premier ministre Fritz Jean écoutent l'hymne national lors de la cérémonie d'investiture dans le Palais national à Port-au-Prince, Haïti, le 26 février 2016. (REUTERS/Andres Martinez Casares)

Le président provisoire d'Haïti Jocelerme Privert et le Premier ministre Fritz Jean écoutent l'hymne national lors de la cérémonie d'investiture dans le Palais national à Port-au-Prince, Haïti, le 26 février 2016. (REUTERS/Andres Martinez Casares)

Le Canada envisage de fournir le gros du contingent de la mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) en remplacement des forces brésiliennes dès l'automne prochain, selon l'édition de mercredi du quotidien Le Devoir.

Lors de la visite du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à Ottawa il y a un mois, le Premier ministre Justin Trudeau avait clairement manifesté la volonté du Canada de se réengager dans les arcanes de l'organisation internationale.

Outre l'intérêt du Canada pour un siège au Conseil de sécurité, le dirigeant libéral avait assuré que le Canada voulait "contribuer davantage à la médiation, à la prévention des conflits et aux efforts de reconstruction post-conflits".

Ce réengagement canadien trouverait son illustration en prenant le commandement de la Minustah en envoyant un à deux milliers de soldats ou policiers, a indiqué Le Devoir.

Le commandement de la Minustah est actuellement assuré par le Brésil et le lieutenant colonel Ajax Porto Pinheiro dont le mandat expire en octobre.

La Minustah a été déployée en Haïti en avril 2004, suite au départ en exil du président Jean-Bertrand Aristide, puis ses forces ont été renforcées après le séisme du 12 janvier 2010. Cette force internationale compte actuellement 2.370 militaires, 2.600 policiers et près de 1.500 personnels civils, internationaux et nationaux.

Selon le journal québécois, cinq Casques bleus canadiens et 90 policiers sont déployés en Haïti. Ce contingent pourrait être porté entre 1.000 ou 2.000 soldats et policiers et le Canada assurerait le commandement de la Minustah où l'usage du français pourrait aussi jouer en faveur du Canada, comme l'avait mentionné M. Trudeau le mois dernier.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG