Liens d'accessibilité

Le Caire juge nuisible une mise en garde de Washington aux ressortissants américains


Une fontaine publique au Caire, en Egypte, 6 juillet 2016.

Une fontaine publique au Caire, en Egypte, 6 juillet 2016.

Le gouvernement égyptien estime que la mise en garde de Etats-Unis aux ressortissants américains les appelant à éviter les musées et centres commerciaux du Caire ce week-end pour des raisons de "sécurité", est nuisible à l'économie du pays.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ahmed Abou Zeid a indiqué être "troublé" par le texte publié vendredi par l'ambassade américaine au Caire et cité par le Canada et l'Australie dans des messages d'avertissements à leurs voyageurs. Le ministère britannique des Affaires étrangères a également copié la même mise en garde.

"L'ambassade américaine conseille fortement à ses ressortissants d'éviter les grands rassemblements et les espaces publics comme les salles de concert, de cinéma, les musées, les centres commerciaux et les installations sportives au Caire jusqu'à dimanche, à cause de possibles problèmes de sécurité", souligne le communiqué.

Les responsables de l'ambassade américaine ont décliné tout commentaire et un responsable au sein du ministère égyptien de l'Intérieur a affirmé n'être au courant d'aucune menace.

"Contactée pour mettre au clair les raisons de ce message de sécurité, l'ambassade américaine a nié toute raison spécifique ou menace sécuritaire ayant conduit à l'alerte", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères vendredi soir dans un communiqué.

Elle (l’ambassade américaine, NDLR) a juste expliqué qu'il s'agissait d'un message de routine pendant les longs week-ends, a ajouté M. Abou Zeid.

L'ambassade sera fermé dimanche --premier jour ouvrable de la semaine en Egypte-- pour le "Colombus Day", la commémoration de l'arrivée du navigateur Christophe Colomb sur le continent américain.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a déploré ces "alertes inutiles qui peuvent avoir un impact négatif, notamment sur le volet économique", a encore indiqué M. Abou Zeid.

Depuis la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi, en juillet 2013, l'Egypte a connu une vague d'attentats meurtriers, visant principalement les forces de l'ordre.

Les attentats, qui ont coûté la vie à des centaines de policiers et soldats, frappent principalement dans le nord de la péninsule du Sinaï, bastion de la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI).

L'EI a par ailleurs revendiqué un attentat à la bombe contre un avion de touristes russes après son décollage de Charm el-Cheikh, une station balnéaire du sud du Sinaï. Le drame avait fait 224 morts.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG