Liens d'accessibilité

Le bassin de la Volta, sous la menace du changement climatique


Les petits producteurs du bassin de la Volta sont menacés par le changement climatique

Les petits producteurs du bassin de la Volta sont menacés par le changement climatique

Le changement climatique pourrait entrainer la perte de grandes quantités d’eau dans le bassin de la Volta, averti une nouvelle étude. Or, le fleuve et ses affluents sont la principale source d’eau pour près de 24 millions de personnes au Ghana et dans la sous-région.


Les chercheurs de l’Institut international de gestion de l’eau et leurs partenaires évoquent dans ce document l’impact des effets combinés de températures plus élevées, et de précipitations réduites. Sa publication a coïncidé avec la tenue au Ghana de la Semaine africaine des sciences agricoles 2013 qui avait pour thème : « L’Afrique nourrit l’Afrique ».

Selon Robert Zougmoré, responsable des recherches du Programme de recherche sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire au Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR), les chercheurs ont déterminé que « d’ici 2050, il se pourrait que il y ait une plus forte évaporation des eaux de la Volta, et donc cela va réduire la quantité d’eau disponible, et pour pouvoir produire de l’énergie, et également pour la production agricole ».

Il révèle également que « les chercheurs ont trouvé que d’ici 2050, il y aura également une réduction de la pluviométrie de 20 pour cent, ce qui va aggraver cette perte en eau au niveau du bassin de la Volta ».

Certes les prédictions concernant les ressources en eau dans le bassin de la Volta ne sont pas certaines, mais ces dernières données devraient encourager les décideurs politiques à adopter le plus rapidement possible des mesures pour affronter le changement climatique. Par exemple, l’étude suggère un recours plus large aux sources d’énergies renouvelables, comme le vent et le soleil. On pourrait également améliorer les réserves d’eau des nappes phréatiques en « rechargeant » les nappes aquifères locales
XS
SM
MD
LG