Liens d'accessibilité

Le « ver de Guinée », définitivement éradiqué au Niger


Une petite malade souffrant de la dracunculose au Ghana

Une petite malade souffrant de la dracunculose au Ghana

Le « ver de Guinée » a été définitivement éradiqué au Niger. C’est ce qu’a annoncé la représentation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Niamey, en évoquant une missive en ce sens de la directrice générale de l’OMS, Margaret Chan, au ministre nigérien de la Santé.

Egalement connu sous le nom dracunculose, cette maladie est liée à la consommation d'eau contaminée par de petits crustacés parasités. À partir du moment où l’infestation se produit, il faut entre 10 et 14 mois pour que le cycle évolutif s’achève et qu’un ver parvenu à maturité émerge de la peau, précise l’OMS. Si elle est rarement mortelle, les sujets atteints par la maladie peuvent être handicapés pendant des mois, notamment par des fièvres, faiblesses et paralysies.

La lutte contre le ver de Guinée durait depuis la fin des années 1980 au Niger. Elle a bénéficié du soutien du Centre Jimmy Carter, l’ancien président démocrate américain, de l’Unicef, ainsi que d’aides du Japon et du Danemark.

Au milieu des années 1980, on estimait à 3,5 millions le nombre de cas de dracunculose dans le monde, répartis dans 20 pays, dont 16 en Afrique, rappelle l’OMS.

Actuellement, l’agence onusienne ne fait plus état que de 542 cas notifiés en 2012, tous en Afrique, plus précisement en Éthiopie, au Mali, Soudan du Sud et Tchad.
XS
SM
MD
LG