Liens d'accessibilité

L’avenir de l’Eximbank, entre les mains d’un dirigeant républicain au Congrès


Le député Kevin McCarthy estime que l'Etat doit se retirer de l'Eximbank (Photo Reuters)

Le député Kevin McCarthy estime que l'Etat doit se retirer de l'Eximbank (Photo Reuters)

Kevin McCarthy, le nouveau chef de la majorité républicaine à la Chambre des représentants américaine, estime que l’Etat devrait se retirer de la « Banque d'import export des États-Unis » (Export-Import Bank of the United States ou Eximbank).

Cette banque, créée en 1945 par le Congrès, a pour but de soutenir et d'encourager les exportations de produits américains vers les marchés mondiaux. Sa mission consiste à proposer des garanties ainsi que des assurances sur les achats de biens et de services aux États-Unis, auprès des acteurs économiques qui ne sont pas capables ou prêts à accepter le risque de change.

Selon l’édition 2013 du rapport annuel de l’Eximbank, ses programmes de prêt, d'assurance ou de garantie ont couvert environ 37 milliards de dollars d'exportations. Si elle vient à disparaitre, le programme enclenché par l’administration Obama, qui vise à investir plus d’1 milliard de dollars pour renforcer l’accès à l’électricité en Afrique subsaharienne dans le cadre de l’initiative « Beyond the Grid », pourrait être compromis.

M. McCarthy vient d’être élu chef de la majorité républicaine suite à la défaite électorale du député Eric Cantor, qui lui était favorable à l’Eximbank. Il a déclaré sur la chaîne Fox News que « L'État ne devrait pas être impliqué dans l’Eximbank ».

Début juin, Ernest Moniz, secrétaire d'État américain à l'Énergie, a rencontré à Addis-Abeba, en Ethiopie, une trentaine de ministres africains de l’énergie. C’était à l’occasion d'une réunion ministérielle sur l’énergie.

Durant cette visite, l’Eximbank a annoncé un financement de 1,1 milliard de dollars pour les exportations américaines vers l'Afrique au cours des sept premiers mois de l'exercice fiscal 2014.

Les dirigeants de l’Eximbank ont déclaré espérer approuver d’autres prêts au bénéfice des petites entreprises d'exportation de pièces détachées, de biens à la consommation et d'autres produits.

Ces projets restent incertains, suite à l’élection de McCarthy.

Les conservateurs américains ont élaboré un vaste programme de réduction du rôle et des dépenses de l'État fédéral. Les républicains sont majoritaires à la Chambre, et espèrent arracher aux démocrates le contrôle du Sénat lors des élections partielles de mi-mandat prévues début novembre.
XS
SM
MD
LG