Liens d'accessibilité

L'Arizona et la citoyenneté des candidats à la présidence


Jan Brewer, gouverneure de l'Arizona

Jan Brewer, gouverneure de l'Arizona

La gouverneure Jan Brewer de l’Arizona a opposé son veto à une mesure adoptée par le Sénat de cet Etat, et qui exigerait que les candidats à la présidence des États-Unis prouvent qu'ils sont citoyens américains avant de pouvoir figurer sur les bulletins de vote de l'Arizona.

L’application d’une telle loi ferait de l'Arizona le premier État américain à se doter d’un tel dispositif. Les démocrates estiment que la mesure outrepasserait l'autorité de l'État.

En vertu de cette proposition de loi, les candidats qui n'auraient pas de certificat de naissance pourraient présenter deux autres documents, un certificat de baptême, un certificat de circoncision ou un dossier médical de naissance.

La gouverneure républicaine de l’Etat d’Arizona, Mme Jan Brewer a opposé son véto à cette proposition de loi, infligeant de ce fait un cinglant désaveu aux conservateurs qui contrôlent le parlement local.

« J’ai de la peine à croire, dit la gouverneure de l’Arizona, qu’on puisse présenter à ma signature une proposition de loi qui pourrait obliger les candidats à la présidence du pays le plus puissant de la planète à fournir leur certificat de baptême et leur certificat de circoncision ».

Le parlement de l’Arizona a adopté cette mesure au moment où certains ennemis du président Barack Obama mettent en doute le fait qu’il soit un citoyen né sur le sol américain. Parmi les sceptiques figurent le gourou l’immobilier et présentateur de télévision, Donald Trump.

Mme Brewer a également bloqué une proposition de loi qui aurait fait de l’Arizona le second Etat de l’Union à autoriser le port d’armes à feu sur la voie publique et dans l’enceinte des établissements scolaires et universitaires comme c’est le cas dans l’Utah.

La gouverneure avait soulevé un tollé national en promulguant une loi portant répression de l’immigration clandestine, autorisant les forces de sécurité à s’enquérir du statut de toute personne interpellée. Les opposants ont dit craindre que l’application de cette mesure ne débouche sur le harcèlement des citoyens présentant un look latino-américain.

XS
SM
MD
LG