Liens d'accessibilité

Burundi : le parti au pouvoir donné gagnant aux communales, l'opposition crie à la fraude


Le parti du président sortant Pierre Nkurunziza remporterait 57 des 70 communes dont les résultats ont été dépouillés, sur un total de 129 communes.

Les premiers résultats des élections communales burundaises de lundi laissent apparaître une large victoire du parti au pouvoir, le CNDD-FDD. Le parti du président sortant Pierre Nkurunziza remporterait 57 des 70 communes dont les résultats ont été dépouillés, sur un total de 129 communes, avec plus de 70% des voix en moyenne.

Loin derrière, en deuxième position, on trouve les ex rebelles des Forces nationales de libération (FNL), qui obtiennent entre 15 et 20% des suffrages selon ces résultats partiels.

Ces chiffres sont susceptibles d’être confirmés dans la mesure où ils ont été directement rapportés par la Synergie des médias, explique René Claude Mionguru de l’Association pour la paix et les droits de l’homme. Selon lui, le parti au pouvoir « ne s’attendait pas vraiment » à une victoire de cette ampleur.

Il n’y a pas longtemps, certaines voix faisaient état d’un essoufflement du CNDD-FDD et d’une contestation de la politique du président Nkurunziza. M. Mionguru a noté « qu’il est parfois difficile de savoir quelles seront les intentions de vote des gens », d’autant plus que les gens sont réticents à s’exprimer publiquement.

Le responsable de l’Association pour la paix et les droits de l’homme du Burundi souligne, tout de même, que la campagne électorale ne s’est pas appesantie sur les défis à relever au niveau local, « si bien que les partis cherchent beaucoup plus à profiter de l’image qu’ils ont auprès des gens. »

L’opposition burundaise, elle, parle de fraude massive. Elle exige l’annulation du scrutin et demande qu'il soit repris le même jour que l'élection présidentielle.« La Population burundaise est consternée de voir que le choix qu’elle avait opéré n’a pas été respectée suite à une fraude qui avait été préalablement préparée par le parti au pouvoir », a déclaré Chauvino Mugwengezo, porte-parole des partis d’opposition. Ce dernier accuse le CNDD-FDD d’avoir délivré des cartes d’électeur multiples à ses militants. Il fait également du déplacement illégal d’urnes et d’autres preuves qui seront présentées « le moment venu. »

L'opposition menace de boycotter les prochaines échéances électorales au cas où elle n'obtienbdrait pas satisfaction.



XS
SM
MD
LG