Liens d'accessibilité

L'année 2015 est l'une des plus sûres du transport aérien moderne


Un avion de la Mission des Nations unies au Congo a atterri sur la piste réhabilitée de l'aéroport de Goma, 3 aout 2015 (Charly Kasereka/VOA)

Un avion de la Mission des Nations unies au Congo a atterri sur la piste réhabilitée de l'aéroport de Goma, 3 aout 2015 (Charly Kasereka/VOA)

L'année 2015 a été l'une des années les plus sûres de l'histoire du transport aérien moderne, avec 243 morts au total, selon un rapport de l'aviation civile française.

Cinq accidents ayant entraîné la mort de passagers ont été recensés l'an dernier, soit "l'un des chiffres les plus bas jamais enregistrés", a indiqué la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) dans son rapport publié sur son site.

"Le nombre total de passagers tués dans ces circonstances a été de 243, un chiffre proche du plus bas historique", selon la même source.

Les cinq accidents sont ceux de TransAsia Airways à Taïwan le 4 février (43 morts dont 39 passagers), de Germanwings le 24 mars en France (150 morts dont 144 passagers), de Trigana Air Service le 16 août en Indonésie (54 morts dont 49 passagers), d'Aviastar Mandiri le 2 octobre (10 morts dont 7 passagers) en Indonésie et la collision le 5 septembre entre un Boeing de Ceiba International et un avion de Sénégal Air qui s'est écrasé en mer (7 morts dont 4 passagers).

Trigana Air Service et Aviastar Mandiri figuraient sur la "liste noire" de la Commission européenne.

Ces chiffres ne prennent en compte ni la destruction de l'A320 de la compagnie russe MetroJet (224 morts dont 217 passagers) qui a été revendiquée comme un attentat et n'a donc pas été classée comme accident, ni la mort d'un mécanicien au sol aspiré par un réacteur à l'aéroport de Bombay en Inde.

Les accidents de 2015 ont mis en évidence, "l'importance des facteurs humains dans les activités aériennes, notamment dans le cas atypique de l'accident du vol Germanwings" provoqué volontairement par le copilote en proie à des problèmes psychiques, a souligné le directeur général de la DGAC, Patrick Gandil, cité dans le rapport.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG