Liens d'accessibilité

Lancement par Obama d’une initiative visant à percer le mystère des rouages du cerveau humain.


Le président Barack Obama, annonçant l'initiative sur le cerveau à la Maison Blanche

Le président Barack Obama, annonçant l'initiative sur le cerveau à la Maison Blanche

Pour le président Barack Obama, le cerveau est l’une de grandes frontières de la science, qui reste à conquérir.

« En tant qu'êtres humains, nous pouvons repérer des galaxies à des années-lumière de distance, étudier des particules plus petites qu'un atome, mais nous n'avons toujours pas déchiffré le mystère des trois livres de matière situé entre nos oreilles » a constaté M. Obama.

S’exprimant à la Maison Blanche, il a précisé que son initiative, chiffrée à 100 millions de dollars, sera inscrite dans son projet de budget 2014. Ces fonds seront alloués aux établissements scientifiques les plus prestigieux du pays qui, en collaboration avec des sociétés privées et des fondations caritatives, les utiliseront en vue d’identifier des traitements pour guérir, voire prévenir, des pathologies cérébrales comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson, ou des traumatismes cérébraux et des troubles psychiatriques.

Etant donné le vieillissement de la population, les maladies liées à l'âge, dont celle d’Alzheimer, coûtent très cher à la société américaine.

Selon une nouvelle étude publiée cette semaine dans la revue médicale New England Journal of Medicine, la démence coûte actuellement entre 157 à 215 milliards de dollars annuellement. De surcroit, ce chiffre pourrait plus que doubler d'ici 2040, estiment les auteurs de cette étude de la Rand Corporation, un institut de recherche privé.

Le projet parrainé par M. Obama vise à comprendre comment les interactions entre les milliards de neurones dans le cerveau humain aident les humains à former leurs pensées, souvenirs et mouvements.

« Songez », a dit le président Obama, « si aucune famille ne devait ressentir cette impuissance, face à un être cher qui disparaît derrière le masque de la maladie de Parkinson, ou qui lutte sous l'emprise de l'épilepsie. Songez à cette possibilité de guérir une lésion cérébrale traumatique » a poursuivi le chef de l’exécutif. Ou encore de venir en aide aux anciens combattants souffrant de traumatismes. « Et si les ordinateurs pouvaient réagir à nos pensées, ou les barrières linguistiques s'écrouler? » a poursuivi M. Obama.

Selon Francis Collins, le directeur des Instituts nationaux de recherche (National Institutes of Health, NIH), une équipe de chercheurs d’élite déterminera les priorités du projet.

Mais mis à part son intérêt scientifique, le projet reflète également des priorités budgétaires. M. Obama a rappelé que chaque dollar consacré au séquençage du génome humain s’était traduit par un profit de 140 dollars pour l’économie américaine. Le président a dit s’attendre à ce que la cartographie du cerveau ait avantages similaires.

A noter que le projet du président Obama ne fait pas l’unanimité parmi les chercheurs. Certains sceptiques disent qu’au lieu de se concentrer sur quelques questions élémentaires, les scientifiques devraient poursuivre un vaste programme de recherche et de suivi.

Néanmoins, M. Collins est optimiste. « Il n'y a rien de tel qu’un projet de ce genre pour inciter les gens à aller plus loin. Et nous espérons recruter pour cet effort certains des meilleurs et des plus brillants cerveaux, toutes sortes de cerveaux brillants qui, autrement, auraient fait quelque chose d'autre », mais qui pourront travailleur maintenant à résoudre ces problèmes, a déclaré M. Collins.

Dans l’immédiat, rappellent les chercheurs, l'initiative n'est pas susceptible d’aboutir à de nouveaux remèdes pour les maladies. Car la recherche devra probablement se concentrer d'abord sur les études animales, avant qu’on ne passe à l'homme.
XS
SM
MD
LG