Liens d'accessibilité

L'administration Obama appelle à la libération d'opposants en Guinée Equatoriale


Teodoro Obiang Nguema Mbasogo devrait libérer les opposants interpellés, estime Washington (Reuters)

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo devrait libérer les opposants interpellés, estime Washington (Reuters)

Dans un communiqué, le département d’Etat s’est ému de l’interpellation de Celestino Okenve, un membre du parti d'opposition Union populaire, d’Antonio Nguema et de Miguel Mbomio.

L’administration Obama s’est dite « profondément préoccupée » par les arrestations et détentions indéfinies de citoyens équato-guinéens, qui ont protesté contre les dépenses engagées par le gouvernement pour accueillir la Coupe d'Afrique des Nations (CAN).

Dans un communiqué, le département d’Etat s’est ému de l’interpellation de Celestino Okenve, un membre du parti d'opposition Union populaire (UP), d’Antonio Nguema et de Miguel Mbomio. Ils sont accusés d’avoir distribué ou de posséder des tracts appelant à un boycott public pacifique des matchs de football de la CAN. Ils sont toujours maintenus en garde à vue à Bata, même s’ils n’ont pas été inculpés, note le département d’Etat.

Washington s’émeut également du fait que l’un des détenus pourrait avoir « agressé par la police pendant sa détention et que ces personnes ne ont pas été autorisés à consulter un avocat ». Et l’administration Obama appelle le régime de Teodoro Obiang Nguema à les libérer « conformément à la Constitution de la Guinée équatoriale et au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par Malabo.

« La Guinée équatoriale doit respecter le droit à la liberté d'expression de tous ses citoyens, dont les membres des partis politiques d'opposition » poursuit le communiqué du département d’Etat.

XS
SM
MD
LG