Liens d'accessibilité

La violence sectaire en hausse dans le centre du Nigéria


Scène de violences inter-etniques au Nigéria

Scène de violences inter-etniques au Nigéria

Selon la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (U.S. Commission on International Religious Freedom), plus de 100 personnes ont été tuées dans des violences intercommunautaires depuis le début du mois de mars dans la région volatile surnommée le « Middle Belt » du Nigeria. Mais certains dirigeants locaux estiment que ces violences ont également pour origine des différents politiques. Des gens pauvres et profondément religieux sont manipulés par des responsables politiques, qui les utilisent à leurs propres fins, expliquent-ils.

La Commission américaine, un organisme indépendant nommé par le président des Etats-Unis et le Congrès américain, précise dans un rapport que des dizaines d’habitations ont été détruites depuis début mars. La violence sectaire a fait davantage de victimes au cours des dernières années que le Boko Haram - un groupe militant islamiste qui dirige une insurrection contre le gouvernement depuis quatre ans.

Depuis 1999, environ 14.000 personnes sont mortes des séquelles de la violence sectaire. Un pour cent seulement des responsables de ces violences ont fait l’objet de poursuites.

Les dirigeants locaux de cette région à cheval entre le nord à majorité musulmane, et le sud à majorité chrétien et animiste, sont d’accord pour dire que la flambée de la violence sectaire ces derniers mois a forcé un grand nombre de Nigérians à fuir leurs foyers.
XS
SM
MD
LG