Liens d'accessibilité

La veuve Sankara entendue pour la première fois


Mme Mariam Sankara à son arrivée à l'aeroport de Ouagadougou, jeudi 14 mai, 2015 (Radio Omega)

Mme Mariam Sankara à son arrivée à l'aeroport de Ouagadougou, jeudi 14 mai, 2015 (Radio Omega)

Mariam Sankara s’est présentée lundi devant au palais de Justice de Ouagadougou, où elle a été entendue.

La veuve de l'ex-président Thomas Sankara n’a pas fait de commentaire au terme de l’audience. Elle est comparue pour la première fois, 27 ans après l’assassinat de son mari, au pouvoir à l'époque, dans des conditions qui n’ont jamais été élucidées.

Mariam Sankara s’y est présentée avec deux avocats. Me Bénéwendé Sankara (qui n’a pas de lien de parenté avec l’ex-président), désigné dimanche candidat des "sankaristes" pour la présidentielle d'octobre, était l’un de ces avocats.

Les enquêtes ont démarrée fin mars sur cet assassinat survenu le 15 octobre 1987. Les sources judiciaires indiquent que plusieurs auditions ont déjà eu lieu dans le cadre de cette affaire ces six dernières semaines.

Thomas Sankara, alors président, avait été remplacé au pouvoir par son compagnon Blaise Compaoré, resté depuis au pouvoir, avant d’en être chassé par une série des manifestations populaires fin octobre 2014.

Mme Sankara, qui avec ses deux enfants avait quitté le Burkina Faso pour le Gabon, puis la France, après la mort de son mari, est rentrée jeudi à Ouagadougou pour la deuxième fois en 27 ans.

Des milliers de personnes ont accueilli dans la liesse celle dont la précédente venue dans son pays datait de 2007, à l'occasion de la commémoration du vingtième anniversaire de la mort de son époux.

L'héritage de Thomas Sankara, révolutionnaire loué pour son intégrité et icône du panafricanisme, a été abondamment revendiqué durant le soulèvement populaire qui a conduit à la chute du président Compaoré en octobre dernier.

XS
SM
MD
LG