Liens d'accessibilité

La Turquie s'émeut de l'avancée de l'Etat islamique à sa frontière


Le président turc, Recep Tayyip Erdogan estime que des frappes aériennes ne suffisent pas contre l'Etat islamique (AP)

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan estime que des frappes aériennes ne suffisent pas contre l'Etat islamique (AP)

Avancée de l'État islamique à la frontière turque, malgré les frappes aériennes effectuées par la coalition sous commandement américain en Syrie. Les djihadistes étaient ce mardi sur le point de capturer la ville frontalière de Kobani.

La bataille de Kobani dure depuis près de trois semaines mais ce mardi les combattants kurdes aux prises avec les militants sunnites ultra-radicaux de l’Etat islamique peinaient à les empêcher de pénétrer dans cette ville stratégique.

De son côté, la coalition internationale poursuivait ses raids aériens et a pu détruire un véhicule transportant de l’artillerie anti-aérienne près de Kobani. Mais un peu tard, selon un témoin oculaire turc. « Il y a eu des raids ce matin, mais ils auraient dû le faire cinq ou 10 jours de cela pour empêcher ces vautours de massacrer toute la ville et sauver des vies innocentes », a dit cet homme.

Pour le président turc, Kobani est à deux doigts de tomber aux mains des djihadistes. Recep Tayyip Erdogan a estimé que des frappes aériennes ne suffiraient pas et a plutôt réclamé des troupes au sol pour contrer l’offensive.

XS
SM
MD
LG