Liens d'accessibilité

La Turquie et l'Etat Islamique, de la bienveillance à l'affrontement


Le président Recep Tayyip Erdogan , à Ankara le 7 Avril 2011

Le président Recep Tayyip Erdogan , à Ankara le 7 Avril 2011

L'attentat suicide dans lequel ont péri dix Allemands mardi à Istanbul marque une nouvelle étape dans les relations ambigües entre la Turquie et le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui pourrait faire du pays du président Recep Tayyip Erdogan une de ses cibles privilégiées.

Après avoir vainement tenté une médiation, la Turquie a pris en 2012 fait et cause pour les rebelles radicaux syriens avec l'objectif de provoquer rapidement la chute du président syrien Bachar al-Assad, bête noire du président Erdogan.

Soutien financier, facilités de passage à la frontière, livraisons d'armes; les alliés d'Ankara ont vite dénoncé sa complaisance à l'endroit des jihadistes, dont le groupe Etat Islamique. Le gouvernement a toujours catégoriquement démenti ces allégations.

Ces relations équivoques sont apparues au grand jour au moment de la bataille de Kobané (nord de la Syrie) fin 2014. Malgré les critiques et les pressions, l'armée turque a refusé de venir en aide aux combattants kurdes qui défendaient la ville face aux jihadistes.

Recep Tayyip Erdogan s'est défendu en rappelant que "le départ de l'actuel régime syrien" restait sa "priorité" et que son intervention risquait par ricochet de renforcer Damas. Il a surtout fait comprendre qu'il refusait d'aider les milices kurdes de Syrie, proches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui a déclenché une guérilla sur le sol turc en 1984.

Le revirement de l'été 2015

Le 20 juillet 2015, l'attentat jihadiste qui a provoqué la mort de 34 partisans de la cause kurde à Suruç, à la frontière syrienne, a marqué le début d'un revirement turc.

Le PKK a alors accusé le gouvernement turc de ne pas protéger la population kurde de Turquie et revendiqué, en représailles, le meurtre de deux policiers deux jours plus tard. L'armée turque a alors bombardé les bases des rebelles kurdes en Irak, sonnant la reprise du conflit kurde après plus de deux ans de cessez-le-feu.

Au même moment, l'armée turque a pour la première fois bombardé des cibles de l'EI en Syrie après un incident frontalier dans lequel un de ses soldats a été tué.

C'est le début d'une "guerre contre le terrorisme" officiellement dirigée contre les jihadistes et la rébellion kurde, qui vise en fait surtout le PKK. "Les dirigeants turcs ont pris conscience du fait que l'EI représentait un danger mais leur cible prioritaire est restée le PKK", note un diplomate occidental.

Un engagement sous la pression

En août dernier, la Turquie a rejoint la coalition internationale antijihadiste dirigée par les Etats-Unis, s'attirant pour la première fois des menaces du groupe Etat islamique.

Sur l'insistance des Européens, elle a aussi renforcé les contrôles à ses frontières pour endiguer le flux sur son sol des recrues étrangères de Daech (acronyme arabe de l'EI).

Et après l'attentat d'Ankara qui a provoqué la mort de 103 partisans de la cause kurde devant la gare d'Ankara le 10 octobre, les autorités turques vont encore multiplier les coups de filet dans les milieux jihadistes, accusés d'en être à l'origine.

Plus de 3.300 membres présumés de l'EI ont été arrêtés en deux ans, selon le gouvernement. Mardi, M. Erdogan s'est même targué du titre d'adversaire numéro 1 des jihadistes. "Existe-t-il un seul pays qui lutte de façon plus déterminée que le nôtre contre l'organisation terroriste Daech ?", a-t-il lancé.

Le flux des jihadistes vers la Syrie via la Turquie a diminué mais ne s'est pas tari, notent toutefois les spécialistes. Washington presse désormais Ankara de totalement fermer les 100 km de frontière dont l'EI occupe encore le versant syrien.

Dans ce climat, l'attentat d'Istanbul marque un changement de cap dans la stratégie de l'EI. Ses actions en Turquie, concentrées jusque-là sur des cibles kurdes, visent pour la première fois le tourisme, un secteur-clé pour l'économie turque, et donc l'Etat turc et ses dirigeants.

"L'hostilité entre les deux acteurs est maintenant beaucoup plus vive", juge Aymenn Tamimi, expert au Middle East Forum. "On dit souvent que la Turquie considère les Kurdes comme la plus grande menace pesant sur elle mais il est faux de dire qu'elle n'a pris aucune mesure contre l'EI", ajoute-t-il.

"Ses pertes territoriales en Irak et en Syrie ont pu contraindre le groupe à estimer qu'il avait besoin d'accroître son influence et ses moyens d'action en Turquie pour effacer ses pertes", renchérit Firas Abi Ali, analyste à l'IHS Country Risk.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG