Liens d'accessibilité

La Turquie s'engage à juger les responsables du putsch de façon "transparente"


Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu au Pakistan, le 2 août 2016.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu au Pakistan, le 2 août 2016.

Le ministre turc des Affaires étrangères s'est engagé mercredi à Strasbourg à ce que les responsables du putsch raté soient jugés de façon équitable et transparente, à l'issue d'une rencontre avec le secrétaire général du Conseil de l'Europe.

"Nous n'avons jamais oublié nos engagements à l'égard du Conseil de l'Europe, même au cours de cette période très très difficile pour le peuple turc. Nous n'avons jamais oublié que l'Etat de droit doit être respecté", a déclaré Mevlüt Cavusoglu lors d'un point-presse à Strasbourg.

"Tout le monde doit être traduit en justice, même ceux qui ont tenté d'assassiner le président", a-t-il ajouté, alors que le pays est vivement critiqué pour les purges massives ayant suivi la tentative de coup d'Etat du mois de juillet.

"Ce processus sera transparent. La Convention européenne des droits de l'Homme constitue une ligne directrice en cette période difficile", a affirmé le chef de la diplomatie turque, soulignant la nécessité de "redynamiser les groupes de travail entre la Turquie et le Conseil de l'Europe".

M. Cavusoglu a remercié le Conseil de l'Europe pour "le soutien et la solidarité" manifestés après le putsch, alors que les relations avec l'Union européennes ont, elles, connu un regain de tension.

"Ce qui est important pour nous, c'est que tous les garde-fous judiciaires soient en place et que la présomption d'innocence soit respectée", a expliqué le secrétaire général de l'organisation paneuropéenne, Thorbjørn Jagland.

Les discussions entre les deux hommes ont porté sur l'assistance que peut apporter le Conseil de l'Europe sur les questions de respect de l'Etat de droit.

La Présidente du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe, Marina Kaljurandne, a indiqué qu'une délégation du ministère de la justice turc avait été reçue la semaine dernière au Conseil de l'Europe pour "discuter de la compatibilité entre les décrets pris dans le cadre de l'état d'urgence et les exigences de la Convention européenne des droits de l'homme".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG