Liens d'accessibilité

La Tunisie décrète un couvre-feu face à une contestation inédite depuis 2011


Les forces de police font face à des manifestants dans la ville d’Ennour, près de Kasserine, Tunisie, 20 janvier 2016.

Les forces de police font face à des manifestants dans la ville d’Ennour, près de Kasserine, Tunisie, 20 janvier 2016.

Un couvre-feu nocturne a été décrété vendredi dans toute la Tunisie, après plusieurs jours d'une contestation sociale inédite par son ampleur et sa durée depuis la révolution de 2011.

Cinq ans après le renversement du dictateur Zine El Abidine Ben Ali, les manifestations contre la misère et pour la justice sociale sont parties de la région défavorisée de Kasserine (centre) à la suite du décès samedi d'un jeune chômeur.

Le mouvement s'est propagé à de nombreuses autres villes et a notamment été marqué par des violences dans le Grand Tunis.

Vendredi matin à Kasserine, des centaines de personnes se sont rassemblées comme les jours précédents devant le gouvernorat pour demander une réponse à leurs revendications, sans incidents, d'après une journaliste de l'AFP.

Un calme précaire régnait non loin de là à Sidi Bouzid, où des heurts avaient opposé le matin policiers et manifestants -des chômeurs ainsi que des écoliers et lycéens- d'après un correspondant de l'AFP.

C'est à Sidi Bouzid que le vendeur ambulant Mohammed Bouazizi s'est immolé par le feu fin 2010, un geste qui a déclenché la révolution. en disant leur "déception" face à l'inaction des différents gouvernements.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG